29/01/2020  |  5296 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 27/01/2020 à 17:39:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
The Eternal

Sonic Youth
Matador - juin 2009

Un nouvel opus avec du mordant et l’envie d’en découdre pour les mythiques New Yorkais de Sonic Youth… Désormais hébergés par l’excellent label indépendant Matador, Kim Gordon, Thurston Moore, Lee Ranaldo, Steve Shelley et Mark Ibold (le « petit nouveau », ex Pavement) font toujours un raffut de tous les diables quand ils se retrouvent ensemble. Longtemps après leurs débuts, il se comportent comme des adolescents joliment attardés, leurs enregistrements dégageant encore une saine vitalité créative et une énergie violemment rock ‘n roll, même s’ils sont (un peu) moins inspirés et bruitistes qu’avant. Certains trouveront le son trop « propre » sur The Eternal, il faudra leur dire qu’un groupe qui a commencé sa carrière en 1981 ne peut éternellement (justement) se lancer dans les mêmes expérimentations soniques… Néanmoins, en 2009, Sonic Youth est toujours à des années lumière de la nauséabonde galaxie rock FM mainstream ; si l’écriture des chansons prend une forme plus classique – avec quelques auto citations pas franchement désagréables –, l’esprit punk et underground souffle plus que jamais sur les titres écrits par Thurston Moore et consorts. Sonic Youth se plait aujourd’hui à composer des morceaux qui tiennent parfaitement la route (avec couplet, refrain et pont), mais le talent de ce groupe intelligent et pétri de bonnes intentions sonores consiste également à savoir admirablement salir le son avec des guitares électriques à la fois cradingues et psychédéliques. Après avoir délivré son lot d’excellents moments avec Sacred Trickster (LE tube sonique jeune par excellence !), What We Know (chanté par un Lee Ranaldo en forme), Anti Orgasm (dissonant et viscéral à souhait), Thunderclap for Bobby Pin (violemment remuant et délicieusement régressif), No Way (punk !), Leaky Lifeboat (For Gregory Corso) (presque pop) Malibu Gas Station (un classique) ou encore Antenna (propice au décollage), l’album se conclut brillamment par une longue pièce lancinante, onirique et renversante, Massage The History. S’il reste capable de sortir de tels disques, Sonic Youth a encore de bien beaux jours devant lui ! L’alchimie imparable entre les rythmiques à la fois sèches et souples, les guitares aussi sauvages qu’aériennes et les voix éthérées semble éternelle…

Sonic Youth est actuellement en concert.

A lire également, des chroniques de concerts de Sonic Youth à La Route du Rock 2007, à La Route du Rock 2005, aux Eurockéennes de Belfort 2005 et à Rock en Seine 2004

Sites Internet : www.sonicyouth.com, www.myspace.com/sonicyouth, www.matadorrecords.com/sonic_youth.


chronique publiée le 20/06/2009


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire