28/01/2020  |  5296 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 27/01/2020 à 17:39:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
The Last Memories Of My Old House

Zak Laughed
3éme Bureau - Wagram - 24 août 2009

Un excellent premier album oscillant de manière gracile entre folk, pop et rock pour le très doué Zak Laughed… Malgré ses 15 ans, ce jeune songwriter a tout d’un grand : il sait chanter de sa voix fluette et touchante ses propres chansons, accrocheuses ou émouvantes mais toujours parfaitement écrites. Et le plus fort, c’est que tout parait couler de source : le gamin a accompli de tels progrès en deux ans qu’il parait aujourd’hui naturel qu’il sorte un album composé de quatorze morceaux avec l’aide d’une maison de disques, 3ème Bureau. Car Zak Laughed possède ce petit truc en plus, celui après courent certains artistes pendant de longues années… Capable d’enregistrer une reprise aussi bluffante que bouleversante de l’immense The end has no end des Strokes (qui sortira bientôt sur le label Rough Trade, excusez du peu) , le folkrocksinger à l’étonnante maturité est en effet capable de proposer une épatante collection de chansons qui tiennent sacrément bien la route, qu’elles soient calmes ou enlevées. Loin du cliché de la bête de foire faisant des reprises au ukulélé, Zak a su s’atteler à la composition puis muscler son jeu ; en plus de savoir interpréter à la guitare sèche ses petites merveilles aux textes décalés, mélancoliques ou drôles, il sait désormais prendre une guitare électrique ou un piano et faire rocker certains de ses titres (cf le tube Each day ou le velvetien Apologies song)… Bien entouré par son groupe The Hobos Company et par le producteur Denis Clavaizolle (qui signe de très bons arrangements vintage), biberonné aux disques d’Eels, du Velvet Underground, de Bob Dylan, de Jonathan Richman et des Moldy Peaches, Zak Laughed enchaîne les morceaux classieux comme d’autres enfilent des perles. Dans une veine “folk pop ultra fraîche”, A letter for Emily, Travelling cat (magistral !) , Wrong clown, Hospital road, Ladybird and Bob Dylan, Bad Cough et consorts accrochent l’oreille et émeuvent durablement. Un exploit répété au fil des écoutes de l’album, ce qui autorise à penser que Zak Laughed puisse devenir à l’avenir une sorte d’Adam Green français et marcher sur les traces du succès de ses amis de Coming Soon. C’est tout le mal qu’on lui souhaite !

Zak Laughed est actuellement en concert.

Sites Internet : www.myspace.com/zaklaughed, www.cqfd.com/zaklaughed.


chronique publiée le 30/06/2009


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire