07/12/2019  |  5277 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 06/12/2019 à 11:40:08
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Wait For me

Moby
Little Idiot - Because Music - 30 juin 2009

Pas franchement désagréable mais pas non plus très inspiré, Wait for me, le nouveau Moby enregistré à la maison avec des amis inconnus (c’est ce que nous dit le New Yorkais dans le texte accompagnant l’album). Afin de continuer à vendre des disques et à attirer du monde lors de ses tournées, Moby applique une nouvelle fois la formule qui l’a rendu mondialement célèbre : atmosphères à la fois planantes et mélancoliques, voix blues soul poignantes, nappes de synthés à la Angelo Badalamenti/David Lynch (qui signe le très beau clip en animations du single Shot in the back of the head), gimmicks synthétiques à la Depeche Mode, arpèges de guitares avec accords mineurs déchirants, titres électro pop à la fois gorgés de spleen (snif snif snif) et langoureux (il est tout à fait possible de faire l’amour en les écoutant)… On peut adhérer, se laisser emporter, se sentir voler par delà les nuages… ou pas. C’est selon l’humeur du moment. Cet album sans doute trop long, ne se renouvelant pas assez, parfois très soporifique et avec des morceaux un peu "bouche trou", permettra néanmoins à ceux qui choisissent les musiques des publicités pour les autos qui polluent à donf, les émissions culinaires chiantissimes, les reportages people dramatiques et les lamentables compte rendus sportifs d’arrêter de nous les briser menu avec les quatre mêmes accords de ukulélé. Cela étant dit, quel curieux destin quand même pour un végétalien démocrate convaincu de gagner sa vie en composant des bandes son pour des pubs et des reportages véhiculant des idées et des messages qu’il doit abhorrer. Quoi qu'il en soit, Wait for me est un album à conseiller aux fans de Moby et à ceux qui ont parfois l’esprit rêveur quand ils se retrouvent seuls avec leurs pensées nostalgiques en regardant la lune (comme sur la pochette de cet opus)… A contrario, il est de notre devoir d’avertir les maniaco dépressifs chroniques, les suicidaires notoires et ceux qui ont tendance à s’endormir au volant que ce disque est de nature à entraîner l’irréparable.

Moby est actuellement en concert.

A lire également, une chronique du concert de Moby à Lyon, en octobre 2002.

Sites Internet : www.moby.com (vidéos etc), www.myspace.com/moby, www.facebook.com/mobymusic.


chronique publiée le 05/07/2009


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire