09/12/2019  |  5278 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 09/12/2019 à 12:40:34
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Adios Betty

Porcelain
Drunk Dog - Differ-ant - Mai 2009

Troisième album de Porcelain, Adios Betty ravira les aficionados de pop/rock émouvante, torturée et psyché… Portées par une voix scandée sur le fil du rasoir et plaintive à la Thom Yorke, les compositions de Porcelain peuvent prendre des atours assez variés : le son peut être limite trip hop rock avec orgue lysergique (le titre d’ouverture, Tambourine) ou plus classiquement pop rock avec guitares tranchantes (Spectacular, le tube Betty) ou piano enlevé (Walk Me back)… Le groupe normand est donc tout à fait capable de trousser des titres aussi puissants que remuants, mais il faut signaler qu’il excelle également dans les ballades poignantes, idéales pour faire se serrer le cœur des âmes sensibles (The Modern Age, My Father My King)… ou fuir les fans de rock à tendance plus dure. Si l’on sent parfaitement les influences de Radiohead et de Clinic, il faut reconnaître au combo français un talent certain pour écrire des pop songs qui provoquent des émotions fortes. Tout juste pourra-t-on reprocher une tendance parfois crispante à se complaire dans la dépression et les marécages des troubles de l’adolescence (sur les quelques titres où l’on pense aux affreux jojos de Coldplay). Peut-être cette impression est-elle due à un l’album trop long proposant des morceaux souvent dans la même veine émo pop et parfois pas assez différents les uns des autres. Toujours est-il que l’album Adios Betty comporte assez de passages réussis pour justifier que l’on se penche attentivement dessus, et que l’on se déplace pour voir jouer Porcelain sur scène

Sites Internet : www.myspace.com/porcelainpoprock, www.drunkdog-records.com.


chronique publiée le 09/07/2009


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire