17/09/2019  |  5230 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 17/09/2019 à 13:41:23
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Human Destination

The Upside Down
Beat The World records - 2008

Originaire de Portland dans l'Oregon, The Upside Down joue un rock aux réminiscences Mary Chain (comment en douter à la lecture de leur patronyme?) et Dandy Warhols et sortent là un bien bel album, le second après un Trust electricity déjà excellent. Ils peuvent en outre se targuer d'avoir partagé la scène avec, dans la même soirée, The Black Angels et Black Rebel Motorcycle Club.

 Forts de cela, le sextet ricain nous régale ici de morceaux apaisés, délicats et aussi sobres qu'enjoleurs (Before remember, Umbrella (Laura Palmer)), qu'ils font cohabiter efficacement avec des plages nettement plus alertes comme If you are hell girls, Silver wind et l'obscur Human destination, entre autres perles de rock à la fois enjoué et pessimiste, désabusé dans ses tonalités.

 En outre, une voix féminine vient apporter une touche non-négligeable à cet ensemble séduisant. C'est le cas sur Light et sa basse bien en relief, par exemple, doté aussi de guitares aussi discrètes que malsaines, le chant masculin venant ensuite créer un contrepoint idéal. Côté mid-tempi doucereux et psyché, Mea maxima culpa fait justement la nique aux Dandy Warhols, de même que Halo dans un registre plus enlevé. Puis Ernestine, posé et vocalement superbe, donne dans une acoustique flamboyante. Il n'y a, vous l'aurez compris, rien à jeter sur ce disque et chaque titre mériterait sa petite distinction, à commencer par Black rainbow à l'écoute duquel Courtney Taylor aurait très certainement un mal fou à cacher et sa fierté, et sa jalousie. De plus, les harmonies vocales font mouche et contribuent à l'excellence de l'opus, en témoigne ce Before remember évoqué plus haut, ou encore For that so Betty rose qui utilise l'électronique avec justesse et à-propos. Et pour finir, c'est une chanson aussi belle que son titre, Hey man I'm kissing the angel's shoes, qui ferme la marche.

Super album donc, de la part d'un groupe peu connu, comme bon nombre de ces formations dont on parle peu et qui nous offrent le meilleur.




www.theupsidedown.com/
www.myspace.com/theupsidedown

chronique publiée le 29/07/2009


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire