20/05/2019  |  5192 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/05/2019 à 14:30:18
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Sea Of Cowards

The Dead Weather
Third Man Records - 10 mai 2010

En décidant de battre le fer tant qu'il était chaud, c'est à dire en choisissant d'enchainer dans l'urgence les albums et les tournées avec The Dead Weather, Jack White, Alison Mosshart, Dean Fertita et Jack Lawrence ont opté pour la bonne solution, la preuve éclatante en étant la réussite de Sea Of Cowards, le deuxième album du super groupe (un Kills + un White Stripes + un Raconteurs + un Queens Of The Stone Age) qu'ils forment depuis 2009... Après un bon premier opus intitulé Horehound, la suite semble avoir coulé de source : il n'y a pas eu de prises de têtes inutiles, les quatre musiciens fonçant casque baissé dans la même direction – on part du passé pour le propulser manu militari dans le présent –, avec, en plus, la cohésion et l'énergie créatrice gagnées grâce à leurs vibrants shows dans le monde entier. Ce qui devait arriver, arriva : avec pareille équipe de rêve au niveau du songwriting et des qualités musicales, le nouveau chapitre de l'histoire de The Dead Weather tient extrêmement bien la route. Et le combo survolté de se lancer dans une sorte de heavy blues gothique et très sombre, truffé de bidouillages bizarroïdes, de riffs tétanisants et de cris pour le moins sauvages. C'est tout simplement du rock 'n roll traversé par de violentes poussées de fièvres soniques et sexuelles, le genre de truc qui donne des frissons partout sur le corps et provoque une montée significative du désir de vivre intensément. Et ce par tous les moyens possibles et imaginables... Déjà à l'œuvre sur les premiers enregistrements et sur les live, l'alchimie proprement magique qui fait vivre Dead Weather provoque le jaillissement d'un rock Zeppelinien, Stoogesque, reptilien et Jackwhitesque. Sur Sea Of Cowards, les séances de gifles de succèdent donc à un rythme soutenu ! Le très lourd et méphistophélique Blue Blood Blues donne le ton en début de disque et, après, c'est l'engrenage de la violence : à la fois lancinant et virulent, Hustle and Cuss assène le premier coup au foie, le single Die By the Drop canarde à tout va, No Horse sonne comme une composition guerrière des Stooges 69 ressuscités, le belliqueux The Difference Between Us fait dans le synthétique torturé, Jawbeaker met de belles mandales dans les gencives et Gasoline provoque un tonnerre d'explosions de notes. Seul le religieux duo Old Mary fait office d'armistice en fin de disque. Ce déferlement de morceaux marquants est tout ce qu'il y a de plus nor - mal : Alison est dans une impressionnante forme vocale (quels aboiements !), les interventions de Jack au micro sont imparables, son jeu de batterie est tout bonnement énorme et les guitares stridentes, orgue tournoyant et basse malmenée de Dean et Jack sont hyper tranchants. Que demander de plus ? Que chacun puisse voir The Dead Weather jouer ses titres déments sur scène au moins une fois dans sa vie !

The Dead Weather est en concert actuellement...

A lire également, une chronique du concert de The Dead Weather à l'Olympia de Paris, le 28 octobre 2009.

Sites Internet : www.thedeadweather.com, www.myspace.com/thedeadweather, www.facebook.com/DeadWeather, www.thirdmanrecords.com, www.youtube.com/user/TheDeadWeatherTV (vidéos).


chronique publiée le 05/05/2010


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire