24/04/2019  |  5171 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 24/04/2019 à 09:54:22
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Yeth yeth yeth

Fops
Monotreme Records - 2010

Monotreme Records nous avait déjà surpris avec son catalogue fourni et décalé (Nedry, 65daysofstatic, n.a.m.b., Picastro etc...), voilà qu'il récidive avec cet album époustouflant signé Fops, groupe de San Francisco dont le registre varie entre electro-rock obsédant aux effluves psyché à l'effet notoire (Ghost town hall) et post-punk décharné (Yellow jacket corpse) aux chants clairs et distordus, sans oublier, pour le début d'album, la merveilleuse mélopée noisy de Scandinavian preppy qui m'évoque les meilleurs moments des géniaux Number one cup.
Chaque titre possède une accroche affirmée, une identité qui lui est propre, et Loch haven s'inscrit dans la catégorie des standards à la croisée des genres, simultanément soniques et porteurs de scories hallucinogènes impressionnantes.
En outre, c'est une jolie acoustique qui met fin à ce titre, avant de laisser place à la légèreté de Solid copper huntress, à la fois gentiment cold et jouissivement noisy, porté par une basse en relief. Puis Glass blower, truffé de sons ingénieux, aussi moderne qu'issu de façon directe des early 80's, assène le coup de grâce. Pas tout à fait cependant, puisqu'il reste alors quatre titres de haute volée à s'envoyer, inaugurés par Amazing corpse...plutôt insignifiant car court et trop répétitif, que sauve le poppy Maple mountain, alerte et secoué par des ouvertures plus bruyantes en même temps que des sons de synthé guillerets en accentuent le côté chatoyant.

www.myspace.com/FOPSyethyethyeth
monotremerecords.com/

chronique publiée le 20/09/2010


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire