22/08/2019  |  5225 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 20/08/2019 à 15:09:00
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Everywhere at once

Edible Woman
Sleeping Star - 2010

C'est encore une fois -c'est fréquent ces dernières années- d'Italie qu'un ovni musical de tout premier ordre nous arrive sans crier gare, sous la forme de cet album d'Edible Woman. Celui-ci serait sa quatrième sortie, et définit, comme chez les collègues de Tapso II, un style hors-normes, personnel et diablement attrayant.

Après une courte intro nommée Slightly shifted, on entre de plien pied dans la galaxie Edible Woman, aussi spatiale que dérangée et agitée, sur A small space oddissey et son tempo débridé arrosé par un orgue volubile. Le genre s'apparente à une sorte de noise à la Marvin, moins compacte et tout aussi intense et captivante, doublée ici d'une voix Floydienne du plus bel effet.
Plus loin, Everywhere at once et ses sons déviants, sa trame jazzy déjantée façon Deus ou Tom Waits, confirme l'individualité du groupe et son haut pouvoir de séduction, avant que le fulgurant et céleste Goran Sarajlic ne s'impose lui aussi comme une formidable réussite, avec ses ouvertures pop magiques.

Le groupe réussit aussi son coup sur des compositions intégralement posées (Entomology), pour ensuite embrayer sur un To my brother endiablé, traversé par ces sons de synthé prenants, que suivra -- et sa fausse tranquillité. Aucune faute de goût n'est à relever, et le rythmé The shadows of doubt, un tantinet plus "normal", nous régale ensuite de parties de claviers remarquables, laissant ensuite le soin à Hi, this is hardcore, noisy et dans la retenue, à la dernière minute...plutôt hardcore justement, jouissive et colérique, le tout en parfait contraste avec les plages aériennes élaborées par les claviers, de mettre fin à un superbe disque.


www.myspace.com/ediblewoman

chronique publiée le 27/10/2010


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire