17/06/2019  |  5204 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 12/06/2019 à 15:01:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Three Free Trees

Pokett
French Toast/Boutiques Sonores/Clapping Music/Anticraft - Octobre 2010

Le retour à la 3D, ce n’est pas seulement au cinéma, avec notamment ses piranhas mangeurs de bimbos, c’est aussi sur les pochettes de disques. Ainsi avant d’écouter la musique de Pokett , vous pouvez regarder la pochette de Three Free Trees en 3D, grace aux lunettes glissé à l’intérieur. Par contre le visuel n’a rien à voir avec la pochette 3D stylé Zombie/Hammer d’Off The Bone des Cramps. Non ici c’est une petite cabane (en carton) transpercé par un arbre, soit une image qui reflète bien la musique pop et folk de Pokett .
Sous le nom de Pokett se cache un certain Stéphane Garry. Après avoir joué dans Don Nino, Davide Balula et Domotic, notre artiste part en solo (mais seulement en studio, car en concert il est accompagné). Depuis 2004 il n’a pas chaumé, Three Free Trees est son 3ème album. Si ces précédents disques, Crumble et The Peak avait demandé des mois de gestation, Three Free Trees a été au contraire composé dans un temps plus court, comme pour mieux conserver une certaine spontanéité. Multi instrumentiste Stéphane Garry, à joint seul tous les bouts de l'album, tel le capitaine du Yellow Submarine. Sa musique folk, ligne claire joue sur les harmonies avec des petites mélodies « claire de lune », qui nous entraines à rêver, à flâner le soir sous un ciel étoilé. On pense par instant aux Beatles, notamment sur le champêtre Someone You Know (dont le clip pop, où l’on voit un concert avec des jouets animés est des plus réussis) nous donne le sourire, mais aussi à Elliott Smith, Sparklehorse pour le son folk ricain et au voisin Calc pour la délicatesse pop, presque intime. La guitare est tantôt acoustique, tantôt électrique, la voix est souvent calme, elle se pose délicatement sur des arrangements soignés. L’ensemble sonne « gentillet », mais dans le bon sens du terme. On se laisserait juste dérangé par le piaillement des oiseaux. Alors, Pokett c’est dans la poche ? Mais oui ! Alors ne l’oublier pas avant de partir ramasser des champignons.


www.myspace.com/pokett

chronique publiée le 28/10/2010


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire