22/08/2019  |  5225 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 20/08/2019 à 15:09:00
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Tohu-Bobu

Ulan Bator
Acid Cobra Records - Octobre 2010

Une très belle pochette du peintre visionnaire Norbert H.Kox, des musiciens de qualité autour du leader Amaury Cambuzat (qui a notamment joué dans le légendaire groupe allemand Faust), soit James Johnston (Lydia Lunch, Gallon Drunk, Bad Seeds), Stéphane Pigneul (Object., Heligoland) et Alessio Gioffredi (Dilatazione) , le tout enregistré entre la France, le Maroc, l’Angleterre, l’Amérique et l’Italie, autant dire que le nouvel album d’ Ulan Bator laisse présager de bonnes choses. Ce qui surprend au premier abord, pour un disque construit sur plusieurs continents, c’est que les paroles sont en français. D’autant que le sujet de l’album parle du désordre du à l’irresponsabilité de la politique mondiale, de la confusion religieuse due à l’annonce du chao. D’où le titre Tohu-Bobu (confusion/désordre). Sur un tel sujet, on aurait pu penser que l’anglais serait le mieux approprié, pour faire passer le message au plus grand nombre.
Ce disque est à prendre, à écouter dans son ensemble. Ca commence par Newgame.com et ça fini par Donne. Et entre, 10 morceaux qui soufflent et crachent des paroles et des décibels. Voici 2 extraits de textes pour vous sensibiliser sur l’ambiance de l’album: « Je scrute et vous observe/Observons, observez, observe…/Maniaques de l’information» (Régicide), « Il y a du désordre dans nos têtes/Fin du monde, incendies, des tas de conneries/Commencement d’un nouvel ordre » (Tohu-Bobu). Vous l’avez compris, Ulan Bator est énervé, à des choses à dire. Alors soyer prêt à écouter le message, surtout que derrière, la musique est des plus incisive et percutante.


www.myspace.com/ulanbatorarchive
www.acidcobrarecords.com/

chronique publiée le 31/10/2010


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire