22/08/2019  |  5227 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 22/08/2019 à 13:53:53
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Birds & Drums

The Bewitched Hands
Sony Music - Jive Epic - 25 octobre 2010

Sorte de pétillante chorale tout droit venue de Champagne mais au regard se perdant dans les lointains horizons américains et anglais, les très farfelus et foutraques The Bewitched Hands (le groupe a enlevé "On The Top Of Our Heads" à l'interminable nom qu'il portait depuis ses débuts !) déboule avec un très attendu premier album tenant toutes les nombreuses promesses dévoilées en live... Birds & Drums regorge en effet de mini symphonies tubesques intelligemment inspirées par les œuvres complètes des Beach Boys, des Kinks, de David Bowie, d'Arcade Fire, de Supergrass et de Blur - entre autres, le groupe rémois semblant curieux de tout - ; c'est un véritable festival de feux d'artifices sonores avec voix euphoriques, refrains donnant envie de s'époumoner en chantant à tue tête, mélodies aussi accroche cœur qu'enchanteresses et arrangements légèrement touffus oscillant entre folk, pop ou glam rock. Comme sur scène, où la folle troupe d'illuminés notoires provoque immanquablement des bouffées de joie incontrôlables, l'écoute du premier effort signé par The Bewitched Hands autorise l'auditeur à se sentir heureux comme un pape, léger comme l'air et gai comme un pinson ! Les raisons sont multiples pour expliquer cette réussite inaugurale quasi totale : ces gens-là savent écrire des putains de bonnes chansons, prennent plaisir à le faire collégialement et apprécient plus que tout de toucher à tous les instruments et à tous les styles. Ce qui donne ces atours aussi rafraichissants qu'aboutis ou sans prétention aucune à So Cool, Sea, Happy With You, Birds & Drums, Work, Cold, Staying Around & co. Capable de rebooster à bloc un être humain crevé ou de donner envie de gentiment lézarder à un Terrien drogué au travail, l'extra terrestre opus Birds & Drums est chaudement recommandé pour illuminer une journée a priori vouée à sentir la « loose » tenace à plein nez.

A lire également, une chronique de concert de The Bewitched Hands à la Printemps de Bourges 2009.

Liens : www.myspace.com/handsbewitched, www.facebook.com/thebewitchedhands, http://twitter.com/BewitchedHands.


chronique publiée le 17/11/2010


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire