16/06/2019  |  5204 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 12/06/2019 à 15:01:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
He Who Saw The Deep

I Like Trains
Talitres Records - Differ-ant - 25 octobre 2010

Troisième album tout à fait dans la ténébreuse lignée post rock/pop des précédents pour les Anglais du groupe I Like Trains, de retour chez Talitres Records après une courte escapade chez Beggars... Ni très novateur ni particulièrement impressionnant au premier abord, He Who Saw the Deep fait partie de ces disques qui se dévoilent un peu plus à chaque écoute. Révélant petit à petit des charmes sombres et enivrants aux auditeurs désireux de donner une vraie chance de séduction aux nouvelles chansons d'un combo capable de provoquer des émotions très violentes en live ou sur disque. L'on se souvient en effet d'écoutes recueillies et enthousiastes du premier mini album Progress - Reform (mai 2006) ou encore d'une session acoustique époustouflante dans les locaux de Radio Campus Clermont suivie d'un concert électrique renversant le soir même. Le premier opus long format, le très bon même si un peu trop dilué Elegies To Lessons Learnt (octobre 2007), semblait avoir fait un peu retomber le buzz autour d'I Like Trains, avant qu'une tournée interminable ne laisse la troupe exsangue. On pensait donc ne plus avoir de bonnes nouvelles du front de ces fiers citoyens de Leeds, et puis, oh joie, He Who Saw the Deep se charge de faire remonter à la surface les bons souvenirs, écrivant une suite pleine de promesses de beaux lendemains pour ces fans de voyages en chemins de fer... Si l'on met un peu de temps à lâcher prise à l'écoute de ce chapitre tout neuf, quand l'embarquement a réellement lieu, on se laisse à nouveau prendre par surprise par des compositions esquissant des atmosphères superbement désespérées. Grâce à la voix grave du chanteur et aux patientes montées soniques, on pense souvent qu'I Like Trains réussit à créer un univers profond et dramatique évoquant une collaboration entre Nick Cave, Ian Curtis et des musiciens de post rock épique comme Mogwai ou Godspeed You Black Emperor. Carrément envoûtant, ce disque se développant entre tragédie et rai de lumière permet de planer dans un épais brouillard, seulement troublé par quelques éclaircies ou autres apparitions évanescentes de fantômes plutôt bien intentionnés...

Liens : www.iliketrains.co.uk, www.myspace.com/iliketrains, www.youtube.com/iLiKETRAiNSofficial, www.twitter.com/iliketrains, www.facebook.com/pages/iLiKETRAiNS, www.talitres.com.


chronique publiée le 17/11/2010


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire