19/05/2019  |  5192 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/05/2019 à 14:30:18
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
#2

Zwegh
Urgence Disk Records - 2010

Quatuor suisse, Zwegh livre avec #2 son premier album, qu'on sent tout de suite redevable à Faith No More et Incubus, mais qui affiche malgré cela une belle qualité.
On pense aussi aux Red Hot première période, avant que la clique d'Anthony Kiedis n'en vienne à une mélasse pop insipide (Poo'n'pee), agrémentés de la folie vocale d'un Mike Patton, et Zwegh réalise une synthèse plutôt séduisante de ses influences, que Dirt underlaid inaugure avec puissance et subtilité, nous ramenant aux plus belles heures de Brandon Boyd and Co et de leur excellent Skin.
L'unité du tout est elle aussi appréciable, les morceaux solides et bien produits, et les genevois pourraient d'ores et déjà prétendre à un statut non négligeable si de #2 n'émergeait pas cette sensation désagréable de déjà entendu. L'inspiration vocale et instrumentale n'est pas à remettre en question, mais l'identité du groupe souffre de ce rapprochement évident, quand bien même l'alliage entre puissance et mélodie fonctionne sans ratés, comme sur Temesta, les longs formats tels Cock Morris se montrant aux aussi performants.
La suite est de même teneur, entre l'atmosphère jazzy déviante de Money bleed et la retenue de Egg, dernier titre avoisinant les dix minutes, en passant entre autres par la fusion de Simulation space, et nous montre que si le groupe persiste dans la construction d'un univers plus personnel, moins marqué par ses écoutes initiales, il séduira sur la durée et non plus le temps de quelques écoutes qui céderont ensuite du terrain à l'audition des groupes "phare" nommés plus haut.

Un bon effort donc, mais qui demande de la part des Zwegh un travail poussé sur l'individualisation de leur registre. Ce qui, au vu des aptitudes dévoilées, parait tout à fait envisageable.


www.myspace.com/zwegh
www.myspace.com/urgencedisk

chronique publiée le 07/12/2010


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire