17/09/2019  |  5230 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 17/09/2019 à 13:41:23
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Expert en désespoir

Jacques Duvall
Freaksville Records - 2011

Jacques Duvall, ex-punk plutôt encanaillé, a depuis calmé ses ardeurs et étoffé son parcours de nombreuses contributions à des oeuvres musicales, louables ou non, mais faisant état d'une "belle plume" et d'aptitudes dont cet album réalise une synthèse plaisante.

Epaulé au chant par quelques demoiselles (on ne se refait pas, parait-il..), Duvall signe une série de chansons faites d'un rock doux mais rythmé, jamais "inerte", qu'il parsème d'élans plus piquants (Pas moi) et dont se dégage une certaine sensualité, mêlée à un désabus affirmé. Des accents sixties magnifiés par le chant de Christa Jéôme ornent Désespère, le titre d'ouverture, et la pop vive de La grève des éboueurs fait du début d'album une entame sans défauts, comme le sera d'ailleurs le reste.
Les plages bluesy encanaillées de L'insecte, le lascif Comme par désenchantement bénéficiant du chant de Coralie Clément, les cuivres de Je l'emporterai au paradis concourent à la qualité de l'ensemble, à l'image de Chagrin de beauté, et la verve textuelle du bonhomme fait le reste, dans un étayage souvent discret, élaboré avec goût.

Le reste ne faiblissant pas, marqué par ce Jour de pluie doux-amer ou La chanson la plus triste du monde, on obtient à l'arrivée un disque de belle facture, dans un créneau auquel ce genre d'album ne peut qu'apporter.


www.jacquesduvall.net/
www.myspace.com/phantomfeatduvall

chronique publiée le 26/03/2011


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire