25/01/2020  |  5295 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 24/01/2020 à 09:56:16
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Emika

Emika
Ninja Tune/PIAS - 3 octobre 2011

Installé dans sa chambre à Berlin, l’artiste Emika a composé son premier album seule avec ses synthés, samples et un piano. Puis l’ingénieur berlinois Rashad Becker la aidé pour aboutir au son final de l’album. Sa musique est électro et minimale. Sa voix est répétitive, parfois lointaine et hésitante. L’ensemble donne un style agréable à l’oreille. Emika apporte sa touche personnelle dans le monde de l’électro, en y injectant des sons organiques, parfois indus avec finesse et sensualité. Par instant elle nous fait penser à Anne Clark, notamment pour le coté répétitif des sons, (attention répétitif, mais pas « chiant » !) et aussi à Siouxsie pour le titre The Long Goodbye. La voix d’Emika a beaucoup de charme. Le fluide de son chant coule avec finesse sur les beats proche du dubstep. L’atmosphère de son album pourrait fusionner avec la BO d’un film de John Carpenter ou de David Lynch, notamment pour l’étrangeté que dégage l’ambiance générale de l’album. Au final Emika est un disque que l’on prend plaisir à écouter inlassablement, INLASSABLEMENT...


www.emika.co.uk/
www.myspace.com/emikamyspace

chronique publiée le 06/10/2011


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire