15/06/2019  |  5204 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 12/06/2019 à 15:01:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Yaviz

EDH
Lentonia Records/Module - 05 mars 2012

Emmanuelle de Héricourt (alias EDH) serait-elle une diablesse ? Car le graphisme de son nom sur la pochette de Yaviz a une typo qui prend le feu tel le démon près à nous piquer (ou à nous caresser?) les fesses avec sa fourche pointue. Si EDH est une diablesse (qui nous fait de l’œil), qu’on se rassure, avec elle l’enfer risque d’être un monde bien plus rigolo que le paradis où on risque de s’ennuyer. Suffit d’écouter sa musique électro pop qui donne le sourire.
Yaviz est son 5ème album (en comptant celui réalisé avec son pote Hypo, mais seulement le 2ème album avec une diffusion moins intimiste), ce qui explique son savoir faire « savant » dans l’art d’écrire une musique électronique à la fois légère et recherchée. Chez elle, chaque son, chaque mélodie a trouvé sa place, à savoir là où cela fait tilt à l’oreille. C’est fou d’entendre tout ce qu’EDH arrive à extraire comme sons étonnants sur son clavier. C'est comme si elle le démontait pour voir ce qu'il y a à l'intérieur de la bête électronique. Ca parait simple, et quand on écoute attentivement, il y a toujours une pirouette de note musicale qui vient étonner et enchanter notre oreille. Son style nous fait penser à Ladytron, Kraftwerk (notamment sur le titre Sorrow), New Order, Japan (pour certains sons) et à Philip Glass (notamment dans l'intonation de la voix qui pourrait parfois être extraite du fameux Einstein on the Beach). Justement en complément à sa musique, la voix d’EDH est à la fois légère, joliment troublante et mystérieusement sombre, comme sortie d’on ne sait où. Le mix voix/son est d’une beauté fragile, à faire perdre l’équilibre, surtout si on est dans les nuages. C’est cette balance à la fois accessible et exigeante qui donne un parfum tout particulier à la musique d’EDH. On ne s'en plaindra pas ! Allez, évadez-vous avec l’électro synth-pop d’EDH, vous ne serez pas déçu d’y découvrir de beaux et de nouveaux paysages tout en couleurs sur lesquels vous pourrez danser autrement.
A noter que dans la version vinyle de l’album, il y a un cd de remixes de Subtile, Unison, Stereovoid, Elmapi, Nicola Jorio, Ricky Hollywood, Hypo et des remixes d’EDH de The Konki Duet, Hypo, La Chatte, Mansfield TYA, Video Love.

EDH sera en concert au Point Ephémère (à Paris) le 23 mars pour une soirée EDH Realease Party

Chronique de l’album Prédature ici :



www.myspace.com/emmanuelledehericourt
lentonia.com/

chronique publiée le 20/03/2012


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire