19/08/2019  |  5224 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 18/08/2019 à 16:59:18
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
The Echo Show

Yeti Lane
Clapping Music/La Baleine - 07 mars 2012

Pour les personnes qui avaient craqué sur leur EP Twice, il aura fallu attendre presque 2 ans pour avoir une suite. Deux ans c’est long, mais on est récompensé car l’album The Echo Show est à la hauteur de nos espérances. On reste dans le style psyché krautrock cosmique avec des mélodies pop intouchables. L’album démarre très fort avec les 7 minutes et 55 secondes d’Analog Wheel. Ce titre est d’une beauté exquise, à rendre jaloux le groupe Spiritualized. Sur ce titre, on est emporté vers des espaces sonores qui nous font perdre pied à terre. Ensuite les titres partent vers des harmonies pop à mettre notre état en mode amoureux et romantique. L’effet instrumental mélancolique du groupe Air n’est pas loin. Chaque titre possède une mélodie efficace, qui fonctionne immédiatement à l’oreille. Entre le spleen shoegaze légèrement noisy à la Boo Radleys, la new-wave éthérée façon le label 4AD et quelques sons de guitare à la Cure (notamment sur Warning Sensation), il est clair que Yeti Lane à pris de la bouteille. Ici le son, produit par Antoine Gaillet (The Berg Sans Nipple, MC83, Zombie Zombie) est énorme. Toute en finesse, et à la fois relevée, la musique et la voix de Yeti Lane sont royales. Elles remplissent l’espace, sans laisser le vide s’exprimer. L’album dégage aussi pas mal de mélancolie, notamment la voix de Ben qui donne l’impression d’être sur un nuage. Sur le titre Sparking Sundbeam, David Ivar d’Herman Dune vient poser sa voix. Ce titre est une petite réussite, qui pourrait tourner en boucle chez France Inter dans les Black Sessions de Bernard Lenoir. Oui après 2 ans d’abstinence discographique (mais pas scénique), on est heureusement rassasié avec cet album sans faute.
A noter qu’entre les 9 titres de l’album, il y a 4 interludes de quelques secondes, et que le graphiste de la pochette fait penser à celui de Trans Europe Express de Kraftwerk.

Concert Yeti Lane (+ Egyptologie) le 30 mars au Point Ephémère à Paris.

Chronique du concert (avec Tame Impala) à Paris ici:)




yetilane.com
www.myspace.com/yetilane

chronique publiée le 25/03/2012


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire