15/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Wreck

Unsane
Alternative Tentacles/Differ-ant - 02 avril 2012

Cela fait bien longtemps que je n’ai pas écouté un nouvel album du trio noise-core made in NYC, les biens nommés Unsane. A l’époque de leur premier album (en 1991) produit par Wharton Tiers (également aux commandes du fameux Kill yr Idols de Sonic Youth), j’avais été pétrifié par leur son, un mélange de noise et d’indus énervé. J’avais rédigé une chronique dans le fanzine Hyacinth où j’écrivais ces mots : « Ce groupe a la carrure et le profil d’un grand. (-) Unsane est un disque essentiel, un point de repère déterminant, qui permettra de mieux comprendre le déroulement des évènements de l’ère 90’s. Une bonne base solide pour y accéder, en quelque sorte ». Pas étonnant que par la suite, Chris Spencer est travaillé pour le groupe Celan avec l’ex membre d’Einsturzende Neubauten, Ari Benjamin Meyers, et depuis 1993, à la batterie il y a l’ex Swans, Vincent Signorelli, soit 2 groupes qui en connaissent un rayon coté «bruit urbain» (Berlin/NYC, même combat martial?).
Depuis le début, Unsane a su imposer un SON, ainsi qu’une image où le sang, les tueurs, les cadavres, (soit le gagne pain des journaux à faits divers), sont exposés aux regards. J’aime aussi leurs singles. Ce format colle bien à leur musique au son post-apocalypse. On écoute un titre, on repose 15 secondes ses neurones pour retourner la face du disque, et on se rajoute 3 minutes de décibels abrasifs. Donc niveau travail du son, un groupe aussi essentiel que Jesus Lizard, Cows, Big Black, Chrome et Helmet. Un son qui prend évidemment une autre intensité (physique) en live.
Alors quoi de neuf en 2012 avec ce 7ème album qui fait suite à Visqueen sorti en 2007. Et bien, rien de neuf, et je ne m’en plains pas. Au contraire je suis content de retrouver la voix énervée de Chris Spencer (seul membre actif du trio original) et les riffs métalliques (guitare/basse/batterie) qui sentent la rouille et l’opium. Juste un écart sur le titre plus cool Stuck, qui sonne pour le coup comme du Nirvana (et ce n’est pas un défaut ! au contraire), et la reprise couillue Ha Ha Ha des vétérans du hardcore punk, le groupe Flipper (qui vont passer en France en avril dans le cadre du festival Sonic Protest). Sinon pour le reste nous sommes bien en zone Unsane, jusqu’à la photo de la pochette, fidèle aux précédentes. Donc, malgré les années, le groupe a gardé son identité de groupe indépendant, jusqu’à signer sur le fameux et historique label punk hardore, Alternative Tentacles.
Allez détendez vous et prenez un bain de sang avec Unsane, votre peau n'en sera que plus douce!


www.myspace.com/unsane

chronique publiée le 31/03/2012


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire