14/12/2019  |  5280 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 11/12/2019 à 13:47:36
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
The Something Rain

Tindersticks
City Slang - 20 Février 2012

A l'approche du cap des vingt ans de carrière pour les Tindersticks, le fameux groupe anglais de pop capiteuse ajoute un mirifique nouvel album à sa discographie, déjà bien pourvue à ce niveau-là... Le disque s'appelle The Something Rain, il est composé de neuf titres plus longs qu'à l'accoutumée et il a été mis en boîte dans le studio de Mr Staples, Le Chien Chanceux, à La Souterraine, France, après un an de travail. Comme sur le dernier opus, le noyau dur des nouveaux Tindersticks - David Boulter (storytelling, claviers, glockenspiel, cloches, percus), Neil Fraser (guitare électrique), Earl Harvin (batterie, percussions), Dan McKinna (basse, claviers, choeurs) et Stuart A. Staples (chant, guitare, enregistrement, mixage) – bénéficie des interventions lumineuses de musiciens doués pour apporter un plus en à peine quelques notes : Terry Edwards (sax), Andy Nice (violoncelle, soprano sax), Thomas Bloch (crystal baschet), Gina Foster (voix), Julian Siegel (clarinette basse, tenor sax) et Will Wilde (harmonica). Autour de la voix toujours sublime de profondeur et d'expressivité de Stuart Staples, la troupe réussit une fois encore à créer des atmosphères feutrées qui permettent à l'auditeur d'embarquer illico presto dans de magnétiques titres évoluant entre pop, rock, soul et jazz. Les fans ne seront pas en terrain inconnu, on reconnait instantanément la touche de velours des Tindersticks, mais rien n'apparait comme figé, daté ou déjà entendu : le long premier titre permet à David Boulter d'utiliser sa voix, le saxophone est omniprésent sur le disque, la voix de Gina Foster est une belle (re)trouvaille et l'on remarque ici ou là des idées de songwriting (plus étiré) ou d’arrangements (boites à rythme... ) qui surprennent agréablement. En toute discrétion, sans chercher à épater la galerie par des effets de manches, les Tindersticks livrent aujourd'hui certains de leurs meilleurs morceaux (Show Me Everything, This Fire Of Autumn, Medicine, A Night So Still, Slippin' Shoes, Frozen... ). Des compositions qui sonnent « intemporelles », comme la plupart de leurs petites sœurs parsemant déjà abondamment les œuvres du groupe de Stuart Staples.

A lire également, des chroniques de concerts des Tindersticks à Tulle aux Lendemains Qui Chantent, fin 2010, à La Route du Rock 2008, à la Coopérative de Mai en 2003 et au Festival de Sédières, en 2002.

Liens : www.tindersticks.co.uk, www.myspace.com/tindersticksofficial, www.facebook.com/tindersticksofficial, vimeo.com/33165113 (vidéo de Medicine), www.facebook.com/cityslangfrance




chronique publiée le 18/05/2012


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire