27/01/2020  |  5295 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 24/01/2020 à 09:56:16
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Black Moon White Sun

Black Devil Disco Club
Alter K/Idol/Modulor - 28 octobre 2013

Après avoir sorti en 2011 un 4ème album avec des invités de luxe (Nancy Sinatra, John Spenser, Afrika Bambataa, The Horrors…), notre Bernard Fèvre (du samedi soir !) national revient seul aux commandes (des machines) de son nouvel album nommé Black Moon White Sun. Dès les premières notes de l’album, on retrouve son univers techno cosmique à faire danser tous les cosmonautes de la galaxie. Comme il le dit si bien dans la fiche destinée aux journalistes : « Quand j’enfile le costume de Black Devil, je dois créer le Disco Club qui va avec ». Et bien une fois de plus il a sorti sa grosse armada de sons synthétiques (non samplés !) peuplés de bips qui font spizzzzzzz, de mélodies échappées d’une planète non visitée par les pas de l’homme et bien entendu de ses « pidoup pidoup », « badabada », « La-la-la----La » devenus sa marque de fabrique vocale. Donc une fois de plus notre sorcier disco s’amuse à faire du Bernard Fèvre, à savoir une musique située entre la BO d’un film de science fiction, l’euro disco à la Giorgio Moroder, la techno ambiant nom loin d’un Klaus Schulze qui aurait mangé du gloubi boulga. Oui, Bernand Fèvre prend plus de plaisir à composer sa musique d’une autre galaxie, que n’importe quel jeune de 18 ans en mal de rejouer à l’infini un solo de guitare de Jimi Hendrix. A son âge (+ de 60 ans), notre artiste ne recherche plus la gloire, juste le fun de pourvoir s’éclater en faisant danser le plus de gens possible, mais sans vouloir entrer en compétition avec Daft Punk ou David Guetta. La disco space de mister Fèvre est une vraie machine à danser, une machine à destruction massive pour les jambes élastiques. Sur TF1, il y a l’émission « Danse avec les stars », dans l’underground électronique il y a « Danse avec Black Devil Disco Club », et avec Black Moon White Sun, la machine n’est pas prête de s’arrêter !

A noter la parution de la compilation « Cosmic Machine, a voyage across french cosmic & electronic avant-garde (1970-1980) » ( Because) avec à l’intérieur le titre That is to be de Bernard Fèvre

Interview de Black Devil Disco Club ici




soundcloud.com/black-devil-disco-club
www.facebook.com/blackdevildiscoclub

chronique publiée le 04/11/2013


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire