27/01/2020  |  5295 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 24/01/2020 à 09:56:16
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
J.C. Satàn

J.C. Satàn
Animal Factory/Born Bad/L’Autre Distribution/Believe - 21 Septembre 2015

La pochette du nouvel et 4ème album (sans titre) des excités du cru bordelais (à noter que l’album sort juste après les 2 semaines de la foire aux vins), les biens nommés J.C. Satàn, tranche avec celle du précédent album Faraway Land. D’une peinture style italien de la renaissance et du contemporain Botero, on passe à celui d’un dessin très épuré, proche d’un symbole. Par contre la musique reste aussi bordélique et rentre dedans, du moins dans la première partie du disque. Ici la noise alterne entre le rouge sang et le bleu lacté. A 80%, les riffs sont agressifs, les voix sont noyées dans les larsens. Proche du son riot grrrl (Babes In Tayland, Bikini Kill), de la noise de NYC (Sonic Youth époque EVOL) et du rock indé qui avale tout sur son passage (Pixies époque Doolittle), J.C. Satàn n’est pas là pour nous conter fleurette en chantant Le Troubadour de l’Amour (titre de De Roubaix dans l’excellent film L’Etalon de JP Mocky), pendant que tata prépare la soupe. Ici pas de temps mort, mais une course enflammée où le groupe ne connait pas les freins. Car le rock’n’roll prend chez J.C. Satàn toute son agressivité en appuyant sur le champignon « hallucinogène». A partir du 5ème titre, on n’oublie pas que dans le rock il y a aussi des mélodies à fredonner entres potes, ainsi le glam pointe son nez sur Waiting Fou You. J.C. Satàn confirme avec ce nouvel album qu’ils en ont dans le ventre. Que leur noisy rock garage est une belle bombe à enflammer toutes les scènes de France et d’ailleurs. En tout cas, il y a ici 10 nouveaux titres prêts à chauffer toutes les paires de jambes en mal d’exercice. Au lieu de prendre une carte d’abonnement en salle de gym, courrez les voir en live et mettez à fond chez vous ce 4ème album qui vous fera transpirer de bonheur.


www.jcsatan.com/
www.facebook.com/jcsatan

chronique publiée le 11/09/2015


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire