11/12/2019  |  5280 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 11/12/2019 à 13:47:36
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Day Out Of Days

Scratch Massive
bORDEL/ Record Makers - 21 Octobre 2016

Le retour du duo Scratch Massive est sous le signe de la BO de film. Day Out Of Days est le nouveau long métrage de Zoe Cassavetes (fille du célèbre couple John Cassavetes/Gena Rowlands). A noter qu’elle a joué dans le film Minnie and Moskowits (réalisé par son père), alors qu’elle était un bébé âgé d’un an. Day Out Of Days est son troisième film. Le sujet est l’histoire d’une actrice (jouée par Mélanie Griffith) qui a connu son heure de gloire et qui lutte pour revenir sur le devant des écrans. Le film n’étant pas encore sorti sur les écrans français, je ne sais pas si le traitement est aussi mélancolique que l’excellent film Qu’est-il arrivé à Baby Jane avec Bette Davis. On en arrive à la BO, qui est quant à elle disponible.
L’album est édité par le label Record Makers (et bORDEL, label créé par le duo). En 2011 Record Makers avait tapé dans le mille avec la BO du film Drive, devenue depuis culte, tant pour la performance de l’acteur Ryan Gosling que pour le générique Nighcall composé par Kavinsky & Lovefoxx. A l’écoute des nouvelles compos de Scratch Massive, on entant justement des similitudes avec le son et le style musical de la BO de Drive. Soit une musique électro mélancolique (avec un soupçon de John Carpenter) qui nous fait flotter dans les airs et la new wave synthétique des années 80, façon Human League/Ultravox/Erasure/Pet Shop Boys. L’ambiance nocturne de l’album donne une couleur agréable à l’écoute. On plane, on est porté par une force inconnue qui nous enveloppe comme pour nous protéger. C’est pourtant sous le soleil de la Californie dans les studios Atwater à Los Angeles que les compos sombres et mélancoliques ont été créées par Maud Geffray et Sébastien Chenut. Sur le titre d’ouverture, Turn Away, la voix de Tobias Bush nous enchante avec son chant qui est proche du chagrin et sur le titre Paris c’est Daniel August (de Gus Gus) qui prend la parole pour notre confort musical. L’ensemble donne une belle BO électro classieuse qui s’écoute sans avoir besoin de voir nécessairement le film.


fr-fr.facebook.com/Scratch-Massive-60763654455/
www.recordmakers.com/artist/scratch-massive-25

chronique publiée le 26/10/2016


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire