13/12/2019  |  5280 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 11/12/2019 à 13:47:36
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Sonderlust

Kishi Bashi
Joyful Noise/Differ-ant - 30 Septembre 2016

Avec Kishi Bashi, il ne faut pas avoir peur d’écouter de la pop kitsch et flamboyante. Car ce multi instrumentiste américain (d’origine japonaise) compose de la pop orchestrale qui n’a pas de limite. Déjà sa voix new-wave égarée entre Kajagoogoo/Ah-Ah avec une touche de Morrissey peut soit irriter, ou au contraire rendre gaga, du moins le temps d’une soirée bien arrosée de… paillettes. Derrière, la musique n’est pas en reste, avec ses envolées de synthé à faire trembler le groupe Electric Light Orchestra et le Yellow Magic Orchestra. On peut aussi avoir l’impression d’entendre du Pink Floyd époque Dark Side On The Moon ou Alan Parson Project sur le titre Who’d You Kill. C’est parfois limite passage à l’Eurovision (le titre Can’t Let Go, Juno), mais comme un péché mignon (qui n’a pas à un moment écouté Kylie Minogue ou Abba ?), Kishi Bashi explore « sans complexe » la face orchestrale et grandiloquente de la pop music. Comme fait le groupe Of Montreal (avec lesquels Kishi Bashi a tourné) avec ses morceaux. Cet album un peu « pute » a été produit par le bassiste Chris Taylor qui a trouvé le temps de s’échapper de Grizzly Bear. J’imagine qu’il a dû bien s’éclater avec Kishi Bashi pour que l’ensemble des 10 titres s’assemble si bien. Bref sous sa pochette à la 23 Envelope ( 4AD), Sondarlest est l’album culotté du moment, garanti anti morosité. Au fait le punk, cela a servi à quoi au juste ?


www.kishibashi.com/#intro
fr-fr.facebook.com/mrkishibashi
kishibashi.bandcamp.com/

chronique publiée le 01/11/2016


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire