18/02/2020  |  5308 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 18/02/2020 à 13:15:36
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
It Prickles, It Burns, It Hurts

Plastic People
Pink Narcissus Music - Décembre 2016

Le duo lyonnais Plastic People n’est pas composé de robots androïdes du type Real Humans (la série TV) mais bien d’humains de chair et de sang. Par contre du plastique, on en trouve dans leur nouveau CD 9 titres. Plastic People c’est Valeria Pacella (basse/guitare) et Sébastien Ficagna (chant/guitare/synthé). Ensemble, nos artistes en plastique « chic » (dans leurs vêtements) créés un univers à la fois visuel et musical. Leur style musical mélange new wave synth avec une touche romantique et electro pop rock teinté d’after punk. Leur son nous rappelle l’esprit de groupes tels que Magazine/Talk Talk/Octobre/ Modern English/Cure .Le style visuel mélange rétro kitch ORTF chez tante Zaza, clip à la Mondino et collages punk style Kiki/Loulou Picasso et Pierre et Gilles. L’ensemble donne un groupe soigné qui fait autant attention à l’emballage qu’à la musique. Ce qui est évidemment une qualité non négligeable. Il y a pas mal d’énergie et de fun (certes cold) dans les nouvelles compos. Les mélodies sont efficaces et bien amenées. Le son new wave de la guitare (parfois cristalline) et de la voix est d’une clarté à donner des frissons. Sébastien possède une voix céleste qui nous fait voyager entre le brouillard et l’éclaircie. On est certes dans les années 80, mais sans tomber dans la nostalgie plombante, car le son de Plastic People à ce petit plus hors du temps qui lui donne un grain certes familier, tout en restant connecté sur l’époque actuelle. Si vous êtes fan du son new wave, vous ne serez pas déçu d’entendre la fibre année 2017 de ce beau duo bien inspiré. Si l’émission de Bernard Lenoir existait encore sur France Inter, c’est sûr, Plastic People serait programmé. En plus, 22h est la meilleure heure pour écouter leur musique.
Enfin à noter, le label a pour nom Pink Narcissus, comme le titre du film underground de James Bidgood. Jusqu’au bout, les références de Plastic People sont soignées et de bon goût !


plasticpeople.fr/
plasticpeopleband.bandcamp.com/

chronique publiée le 05/01/2017


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire