07/12/2019  |  5277 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 06/12/2019 à 11:40:08
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Singularity

Margaret Catcher
MC-2/Modulor - 20 janvier 2017

Le titre du premier album de Margaret Catcher reflète bien l’esprit du duo Parigot/Lillois. Du nom insolite, Margaret Catcher, au melting-pot musical, chez eux il s’agit bien de « singularity ». Ainsi après l’art singulier (le fils de l’art brut) voici la musique singulière avec ces « messieurs de fer ». Déjà avant de parler du style musical, signalons la bonne humeur, l’esprit fun qui ressort de leurs compos colorées. Chez eux, le rock, l’électronica, le hip-hop, l’easy listening, le post rock se mélangent avec bonheur et insolence. Margaret Catcher n’a pas peur de mettre les doigts dans la prise et de prendre une douche sous un pont fissuré. Du moment qu’il y a de l’effet et de la dynamite, nos artistes ne reculent devant rien ! Quelque part entre les expérimentations de Marc Gretchmann (Console/The Notwist), Michael Paradinas (µ-Ziq, Jake Slazenger) et autres sucreries échappées d’une BO de film sixties sous champi, Margaret Catchet va au charbon (facile) pour concocter des morceaux foutraques dominés par un son électro très efficace joué avec une guitare basse et une batterie. Ce premier album est une belle surprise sonore qui donne la banane avant de partir manifester. Après Dat Politics et Cercueil, Margaret Catcher prouve une fois de plus qu’à Lille, au lieu de se geler les « couilles », on compose de la musique originale et pertinente. Merci à eux !


margaretcatcher.com/
fr-fr.facebook.com/margaretcatcherduo/
www.youtube.com/watch?v=q0PCHTSQDgM

chronique publiée le 12/01/2017


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire