07/12/2019  |  5277 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 06/12/2019 à 11:40:08
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Néon

Octave Noire
Yotanka/PIAS - 20 janvier 2017

Octave Noire, derrière ce curieux nom il y a, sous le néon bleuté, l’artiste Patrick Moriceau. A 10 ans, il commence à jouer du piano, à 20 ans il suit un cursus en musicologie à La Sorbonne à Paris pour apprendre l’histoire de la musique. Mais pas d’inquiétude, si Octave Noire est un musicien et un chanteur chevronné, les cours ne vont pas plomber, ni rendre académique sa musique. Ses compositions ne sont pas scolaires, mais bien solaires. Sa musique doit plus aux orchestrations de Jean-Claude Vannier et à la "bricole" cousue main héritée du musicien autodidacte François de Roubaix, qu’à la musique de chambre ou profane de Camille Saint-Saëns. Sa voix nous fait penser à Yves Simon, Christophe, Alain Chamfort, Dominique A pour le phrasé posé et littéraire. Les textes sont écrits en français et la musique est orchestrale, proche d’une BO de film pour aller sur La Route de Salina (de Georges Lautner) ou d’une émission télévisée telle que Melody Nelson réalisé par Jean-Christophe Averty. La musique d’Octave Noire possède une poésie fragile à faire tomber les flocons de neige en été. Chez lui il y a beaucoup de grâce et de classe. Avec peu de moyen (esprit home studio) Octave Noire à le talent de rendre grandes ses compos de poche qui passent avec facilité de la symphonie à des ambiances plus intimes. Bref, belle surprise française de ce début d’année 2017.


fr-fr.facebook.com/octavenoire/
www.youtube.com/watch?v=NVtjnFcdi3k
www.yotanka.net/fr/artists/octave-noire/

chronique publiée le 13/01/2017


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire