24/05/2017  |  4816 chroniques, 160 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 23/05/2017 à 17:02:29
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Silence Slowly And Madly Shines

The Psychotic Monks
Alter-K - 21 avril 2017

The Psychotic Monks, un bon nom qui sonne bien à l’oreille pour un groupe de rock. Dès l’intro d’As a Burning and a Fever on est direct dans l’usine NOISE de ce jeune combo parisien qui envoie du SON, avec du larsen, de la wah-wah, de la réverb comme on aime. Ca gratte, ça grésille, ça hurle, ça jette du riff. La pochette n’est pas menteuse, on est bien dans de la noise hardcore qui tache là où il faut. On pense au meilleur de Mudhoney et son Superfuzz Bigmuff, et à Nirvana époque Bleach. Il y a aussi beaucoup de psyché (proche de Pink Floyd) qui frappe nos neurones, juste après une nuit agitée. Là, c’est la fête de la pleine lune, on est transformé en loup-garou qui hurle pour redevenir humain pour conquérir les belles âmes en fleurs prêtes à éclore. Ce premier long format est en mode concept illuminé par le son qui défrise et est agencé comme un polar sombre où l’on remplace les chapitres par des morceaux qui sont découpés en Part 1, 2 et 3. Le mélange, psyché noise hardcore de l’album est une belle réussite chez les chevelus de The Psychotic Monks. Ils envoient du lourd là où ça fait du bien, tout en apportant des moments de sagesse, histoire de ne pas finir écrasé par le rouleau compresseur. Entre frisson, calme et envolée, la musique de The Psychotic Monks surprend. On ne va pas s'en plaindre !


fr-fr.facebook.com/ThePsychoticMonks/
soundcloud.com/psychotic-monks

chronique publiée le 17/04/2017


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire