18/08/2017  |  4858 chroniques, 162 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/08/2017 à 12:36:24
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
The Night

Harvey Rushmore and the Octopus
A Tree in a Field/Irascible - 5 mai 2017

« Harvey Rushmore est un personnage fictif de la Beat Generation qui sillonne les routes afin d’oublier ses peurs et de fuir les conventions de la médiocrité, mortelle » (texte extrait de la bio). C’est ce nom, qu’a choisi ce jeune groupe Suisse (de Bâle), en y rajoutant les tentacules de l’octopus. Harvey Rushmore and the Octopus compose une musique psyché rock trempée dans les fumigènes stroboscopiques avec des effluves de drogue qui viennent troubler la vue. Bon, nos rockers vont en avoir droit un bon moment pour la comparaison, mais leur style ressemble beaucoup aux Black Angels, tant pour la voix que pour la musique. Tous comme les Black Angels, les Harvey Rushmore and the Octopus ont dû écouter de nombreuse fois les disques des Doors et du 13th Floor Elevator, groupe du barré Roky Erickson. Ainsi, dans la musique sous acide de nos Suisses qui ne doivent pas manger que du chocolat noir, ni être réglés à l’heure d’une montre Suisse, on trouve les bons ingrédients d’un morceau psychédélique. A savoir de la fuzz, de la wah-wah, des larsens, des rythmes Voodoo/chamaniques et répétitifs, du blues acide, et quelques mélodies/ballades hippies. Dans le style psyché, ce premier album est une belle réussite, même si par moments les codes du genre sont parfois trop appuyés. Si ce groupe ne joue pas prochainement au Psych Fest d’Austin ou au Levitation France d’Angers, j’en perds mon latin !


harveyrushmoreandtheoctopus.com/
www.facebook.com/HarveyRushmoreAndTheOctopus/
www.youtube.com/watch?v=Woicm-atFTQ

chronique publiée le 18/05/2017


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire