23/10/2017  |  4893 chroniques, 162 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 23/10/2017 à 16:59:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Outsiders

Adieu Gary Cooper
Casbah Records/Cheptel Records/L’Autre Distribution - 23 juin 2017

Après un magnifique premier album nommé Bleu Bizarre (sorti en 2014), le groupe Suisse Adieu Gary Cooper revient avec un deuxième long format nommé Outsiders. Si vous connaissez leur précédent disque, vous risquez d’être surpris avec le style musical du nouveau LP.
Sur Bleu Bizarre, Adieu Gary Cooper chante en français (un peu à la manière d’Alain Bashung) sur de la musique rock blues habité par le Velvet Underground, les Stones et autres esprits roots échappés du Bayou. Sur Outsiders, le chant en français proche de Bashung est toujours là (certes moins présent qu’en 2014), mais la musique est plus pop rock, parfois limite FM, dû aux sons des synthés qui sont très présents dans les nouvelles compos. Les mélodies sont accrocheuses et accessibles dès la première écoute. Donc nettement moins ténébreuses que sur Bleu Bizarre. Par moment, ça nous fait un peu penser au groupe The Cars, avec par instant un cri à la Alan Vega -sur Solitaire Volontaire- (à noter que le chanteur des Cars, Ric Ocasek a justement produit Alan Vega). Les titres des chansons sont pessimistes : Travailler c’est mal payé, Docteur (donnez-moi quelque chose), Il commence à faire noir, Quand je serai mort. Car le thème des chansons d’Outsiders raconte le combat du quotidien lié au travail et au chômage, donc en transition avec les mélodies accessibles, presque légères. Deux albums, deux approches pour interpréter le rock moderne, Adieu Gary Cooper ne recherche pas la simplicité. Espérons que le public fera de même.


adieugarycooper.ch/
www.casbah-records.com/radio-webzine/rock-a-la-casbah/e590-adieu-gary-cooper

chronique publiée le 05/07/2017


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire