23/11/2017  |  4913 chroniques, 162 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 22/11/2017 à 15:26:04
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Post Drunk Mime

8
Petrol Chips - 30 octobre 2017

Après avoir chroniqué l’album Stellar Fantasies de Tara King Th, sortie il y a seulement une semaine, nouvelle visite des studios de La Gargouille chez Ray Borneo avec son projet 8. A noter qu’on a échappé au 6 qui n’est pas un numéro (ref : la série Le Prisonnier). Pour ce projet, Ray Borneo est accompagné de la chanteuse californienne Brisa Roché. Elle a enregistré ses voix non pas à La Gargouille (« animal » qui colle pourtant si bien à la musique new wave goth de 8), mais chez elle sous le soleil de la Californie. Ici la musique est un mélange d’after punk, de new/cold wave du style Siouxsie & The Banshees, Ideal, Kas Product, Cure, Père Ubu, Tanit, Mecano (le groupe hollandais) et de rock à la PJ Harvey. La voix de Brisa Roché possède un phraser théâtral/cinématographique très prenant à écouter. On ferme les yeux et on se laisse porter par sa voix à multi facettes, qui passe du ténébreux à la soul. Derrière, la musique cold/after punk de Ray Borneo nous installe dans l’ambiance digne d’une excursion nocturne dans un cimetière, où d’un rencard tardif dans un bar miteux. On est en plein cœur des années 80 perdu quelque part entre l’Hacienda (Manchester), le Rose Bonbon/la Sébale (Paris) et le Batcave (Londres). Le titre Sugar illustre bien l’ambiance goth de cette époque. En évitant le piège de la nostalgie du siècle dernier et en le dépoussiérant (ici pas de toiles d’araignée !), 8 (sans le 0 des années 80) compose une musique qui a gardé son charme, et qui devrais rappeler de bons souvenirs aux personnes qui ont baignés dans cette mouvance défendue par les fanzines en photocopie noir et blanc au format A5. Seul petit bémol, le visuel de la pochette qui ne reflète pas (à mon avis) le son de l’album. (1)

(1) Info de dernière minute, Ray Borneo nous apprend que "c’est le premier meuble à disque de La Gargouille, dans lequel était rangés les vinyls 33t d’un coté, 45t de l’autre."



petrolchips.bandcamp.com/album/post-drunk-mime
www.youtube.com/watch?v=GDjo4jtLCNA&feature=youtu.be
www.facebook.com/petrolchips/

chronique publiée le 26/10/2017


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire