23/11/2017  |  4913 chroniques, 162 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 22/11/2017 à 15:26:04
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Elegance Never Dies

Trisomie 21
Chromo Music Production/L’Autre Distribution - 10 novembre 2017

Dans le titre du nouvel album de Trisomie 21, il y a le mot « Elégance ». Ce mot résume bien leur son en 2017. Malgré les années, les frères Lomprez continuent d’offrir depuis 1981 des albums et EP de bonnes factures, avec dans le lot des classiques tels que Le Repos des Enfants Heureux (avec le titre Il Se Noie), Passions Divisés (avec le titre La Fête Triste) et Chapter IV (avec le titre The Last Song) qui ont fait école dans la sphère dark wave. Sans tomber dans la redite, n’y dans la facilité, Trisomie 21 compose une musique exigeante et … élégante. En 2009 ils avaient dit qu’ils arrêtaient l’aventure, en cause, l’usure des années (28 ans d’activité). Mais les frères Lompres sont des musiciens, des artistes, pas facile de poser l’encre en regardant le vent souffler sans ne rien faire. Une pause pour reprendre une vie quotidienne « normal » et l’envie de créer à nouveau reprend ses droits. Après 8 ans de compositions et de recherches, ils reviennent avec 11 nouveaux titres.

Si vous êtes fan de Trisomie 21, vous ne serez pas déçu par ce nouvel album. On retrouve leur son new wave, mélangé d’électro et de rock sombre. La voix de Philippe Lomprez est toujours remplie de mélancolie et de spleen. Elle est mise en valeur pas les notes de synthé de Hervé Lomprez, qui résument malgré lui, 35 ans de musiques électroniques (de Depeche Mode à The Hacker en passant par Maud Geffray). Les guitares sont aussi présente. Ces passages nous évoquent les Simple Minds du début, quand ils étaient produits par Steve Hillage/Hugh Jones, notamment pour le titre Something Else qui devrait faire chavirer des couples « main dans la main », lors des concerts ou des soirées goth. Sur Is Anybody Home ? (past 5), la nuit tombe pour laisser apparaitre un drap étoilé. Cet aspect nocturne (idéale pour les concerts) reste très présent dans le son général de l’album. Une touche de techno/Kraftwerk vient agiter notre nuit sur le titre Tender Now. Le titre Alice (qui n’est pas une reprise du morceau des Sisters Of Mercy) devrait être un futur tube dans le réseau « club électro gothic ». L’album s’achève avec une version instrumentale d’Is Anybody Home ?. C’est l’heure de se quitter et d’aller dormir pour entrer dans le monde des rêves, en oubliant les cauchemars. Merci à Trisomie 21 pour ce beau moment musical qui va se prolonger sur la tournée mondiale qui débute le 9 novembre 2017 à Saint Etienne.

Enfin pour clore cette chronique, le label américain Dark Entries prévois de rééditer les premiers albums de Trisomie 21. Ce label a déjà dans son catalogue de rééditions, les artistes français Die Form, Fall Of Saigon (le premier groupe de Pascal Comelade), Miss Kittin & The Hacker etOpera Multi Steel.

Chronique de leur dernier concert en 2009, avant leur séparation ici




www.trisomie21.tv/
fr-fr.facebook.com/trisomie21/

chronique publiée le 03/11/2017


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire