08/12/2019  |  5277 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 06/12/2019 à 11:40:08
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Skeleton Coast

Chicken Diamond
Beast Records/Cargo Record Germany - 26 février 2018

Déjà le 5ème album de notre lorrain « one man band » Chicken Diamond, et toujours aussi inspiré ! De la compo à la production en passant par la conception de la pochette, Charles Diamond s’occupe de tout ou presque. D’album en album, la production devient plus intense et compacte. On a l’impression d’entendre un trio de la trempe d’un Motörhead avec en visiteurs les membres d’AC/DC venues pousser quelques riffs. Du hard rock, ok, mais il y aussi quelques notes de dub et surtout beaucoup de blues et de boogie. Au fil des albums, Chicken Diamond s’éloigne de l’image du « one man band », tant ses compos sont flamboyantes et pas du tout bricolo lo-fi et brut avec le pied au plancher. Du son et du lourd il y a en a ici, ainsi que pleins de petites trouvailles/vignettes sonores comme échappées d’une BD de Gotlib, où l’on voit la coccinelle faire son commentaire pendant le riff saignant du maestro. La voix de Charles Diamond est non pas une épave mais bien de la chère vivante qui en a dans le gosier. Justement un petit mot sur le titre et la photo de la pochette de l'album. Skeleton Coast est un parc national situé à Namibie en Afrique. Dans ce parc il y a des plages où l’on trouve des épaves suite à des naufrages et des squelettes de baleines et de phoques, d’où le nom « côtes des squelettes ». C’était notre minute « culture ». Dans le précédent album, The Night has a Tousand Eyes, il y avait Ghost on the Highway, une reprise du Gun Club. Charles remet le couvert avec au menu deux nouvelles reprises, Cracked Actor de David Bowie et Down On the Street des Stooges. C’est le festin assuré ! On ne laisse pas une miette, tant notre boogie man se réapproprie avec talent ses grands morceaux. Il ne lui reste plus qu’à se chausser de platform boots et à se gratter les « couilles » et l’incarnation des dieux Bowie et Pop sera à la porte de l’enfer, mais pas pour griller le « poulet ». Bref, vous l’avez compris, la cuvée 2018 de Chicken Diamond ne fait pas dans la piquette, mais bien dans le grand cru d’un Saint Émilion.

Chronique de l’album The Night has a Tousand Eyes ici

Interview réalisé en 2013 ici




www.chickendiamond.com/
fr-fr.facebook.com/ChickenDiamondOMB/

chronique publiée le 22/02/2018


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire