23/10/2018  |  5064 chroniques, 165 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 23/10/2018 à 15:07:27
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
V

Laurence Wasser
Atomic Bongos - Septembre 2017

Le premier album de l’excentrique Laurence Wasser sort sur le tout jeune label Atomic Bongos. V (également le titre d’une série TV), est même la première référence du label, donc bienvenu à Atomic Bongos (également le titre d’un morceau de Lydia Lunch paru en 1980 sur l’album Queen Of Siam) dans la sphère de découvreur de talents. Le label, créé en 2017, est géré en France et en Californie et fait suite à une émission de radio qui était diffusé sur Radio Valencia à San Francisco. Avant d’accomplir ce premier album, Laurence Wasser a publié deux EP, dont un sur l’excellent label DIY Le vilain Chien où les stars sont Le Club des Chats. A l’image de la pochette de V, la musique de Laurence Wasser a un côté arty puisé dans l’underground no-wave new-yorkaise. Le chant est utilisé comme un instrument, avec ses cris et bulles échappés d’une BD et la musique expérimentale mélange cold wave, post punk et rock primitif. Quelque part entre Pere Ubu, The Birthday Party, Blurt, The Cramps, The Make Up , la musique de Laurence Wasser décape et sent fort la folie décomplexée, tel le Frank Tovey de Fad Gadget. Un son brut et sec donne une couleur intense et électrique à l’album. On est absorbé par l’ambiance urbaine de V qui claque du premier son de l’album à la dernière note du 11ème titre. Si vous êtes amateurs de musique rock, proche de la performance féline, entrez dans le rouge sexe de V !


laurencewasser.bandcamp.com/
atomicbongos.org/

chronique publiée le 07/03/2018


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire