16/10/2018  |  5059 chroniques, 165 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 12/10/2018 à 13:10:57
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Sauvage Forme

Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp
Les Disques Bongo Joe/L’Autre Distribution - 27 avril 2018

Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp est un des plus beaux noms de groupe. Collaborateur d’André Breton pour le mouvement Surréaliste et proche de l’esprit Dada, Marcel Duchamp aurait été surement très contant d’écouter leur musique, du moins on l’espère ! A moins qu’il aurait intenté un procès comme le docteur Olievenstein, qui n’avait pas apprécié qu’un groupe de punk ose s’appeler Les Olivensteins et chanter « Fier de ne rien faire ». Il leur avait interdit de sortir un disque sous ce nom, sinon un procès en vue. Du coup le groupe avait splitté en 1980, pour se reformer en 2011 pour quelques concerts et en 2017 pour leur premier album. Là moins de souci, le Dr est mort en 2008 !

Le titre de l’album est également bien trouvé. Un film ? Un livre ? Une performance ? Une cure bio ? Non, Sauvage Forme défini bien la musique éclatée de l’orchestre très puisant. A savoir : une belle énergie = sauvage et forme physique implantée dans les corps élastiques de cet orchestre, non philarmonique, non de chambre, non de bal, non de poche, mais peut-être un peu de tout ça à la fois, avec l’attitude punk en ligne rouge gauche de la gauche. Dans l’esprit, cette troupe, ici en version XXL, est proche d’un artiste tel qu’Alain Platel. Du moins pour le spectacle Wolf qu’il a joué à l’Opéra Garnier à Paris, où l’on voyait dans un décor de centre commercial, des chiens balader sur la scène de l’Opéra. Situation à faire peur au bourgeois qui avait acheté sa place pour finaliser son abonnement annuel.

Un bon nom de groupe, un bon titre d’album, alors les nouvelles compos ? Il y en 8, et qu’on se rassure c’est du solide. Déjà l’album est produit par John Parish, (également aux commandes du précédent album, Rotorotor). Il a dans son imposant CV, les artistes PJ Harvey, Sixteen Horsepower, Sparklehorse, Giant Sand… Deuxième « effet kiss cool », depuis 2016, l’orchestre est passé au format XXL, soit de 6 à 14 musiciens. Plus de mondes, plus de son, bref ça groove avec encore plus de cuivres, de cordes, de percussions et de guitares rock. Leur style est une sorte de sono mondiale où les frontières n’existe pas. On pense à The Ex, Dog Faced Hermans (ex groupe du batteur de OTPMD), Tuxedomoon, Konono n°1, Fela. Chaque morceau est comme une jam session où le spectateur est invité à venir danser. Transe jazz punk free dada échappé de l’orient et de Notre-Dame-des-Landes, l’OTPMD est une formation musicale où tout peut arriver. Bref, n’attendez plus, entrez dans la danse avec eux. Chauffe Marcel !


www.otpmd.ch/news.html
otpmd.bandcamp.com/
fr-fr.facebook.com/otpmd/

chronique publiée le 26/04/2018


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire