29/01/2020  |  5296 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 27/01/2020 à 17:39:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
The Wood

Paul HAIG
Les Disques du Crépuscule - Octobre 2018

Presque quarante années séparent les expérimentations Kafkaienne de la cassette autoproduite « Drama » et ce quatrième album solo. Le « frontman » du groupe mythique Edimbourgeois Josef K , nous démontre son intangible faculté à incarner le musicien indépendant dans sa quintessence : autonomie et créativité… Pour ceux qui comme moi, auront le privilège de posséder le coffret limité en bois d’érable avec plein de Goodies à l’intérieur (T-Shirt, Badge, Vinyl etc…) mesureront à sa juste valeur la symbolique du titre et de l’objet ; sorte d’allégorie de la carrière musicale de Paul. Car c’est bien cela dont il est question ; cet indicible espoir de création et de partage comme les branches d’un arbre qui poussent et se déploient pour atteindre la lumière et le ciel. Une vie de bohème musicale où tant de styles ont été abordés (Synth-Pop, Score, Electro…), mais avec toujours cette capacité à faire voyager l’auditeur hors du temps avec un hédonisme non feint. La délicate voix de Paul ou les samples sont portés par des compositions où les détails ont toutes leurs importances (mélodies de piano, cordes, saxophone, séquenceurs et samples de voix humaines) puisqu’ils se mêlent avec succès aux accords de guitares et aux rythmes électroniques baléariques. Cette interprétation « Haigienne » tout en finesse et en concision sert à légitimiser une certaine vision de la « Pop-song », que New Order n’a jamais (osé ?) réussi ces dernières années, et que lui seul réalise avec brio.


paulhaig.com/
www.lesdisquesducrepuscule.com//index.php?target=/the_wood_twi1239.html

chronique publiée le 11/11/2018


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire