28/01/2020  |  5296 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 27/01/2020 à 17:39:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Rhapsody For The Dead Butterflies

Don Nino
Prohibited Records/L’Autre Distribution - 29 mars 2019

Après l’aventure noise de Prohibition et en parallèle aux expérimentations sonores (du post rock à l’électro) de NLF3, Nicolas Laureau poursuit depuis 2001, sa carrière en solo sous le nom de Don Nino. Rhapsody For The Dead Butterflies est son 6ème album, avec toujours à la production son frère Fabrice aka F/LOR, Ludovic Morillon (ex batteur de Prohibition) et le fidèle allié, le saxophoniste Quentin Rollet (NDLR : son label Bisou vous est vivement recommandé !). Chaque album solo est une nouvelle aventure pour Nicolas Laureau, chaque disque possède sa couleur musicale. Ainsi après la folk, un album de reprises (Mentors Menteurs !), le krautrock, l’électro avec toujours en lien commun l’émotion de l’artiste, place à un album « pastoral ». Composé dans la campagne normande à Lyons-la-Forêt, à partir de balades nocturnes en forêt, les 10 morceaux de l’album sont d’une clarté lunaire, parfois crépusculaire proche du recueillement. En témoignage, les papillons morts du titre et le visuel intérieur du cd. La voix de Nicolas est encore plus fragile et blessé que par le passé. Les épreuves de la vie font qu’on n’est pas le même à 30 ans et à quelques années de la cinquantaine, un âge charnière dans la vie. Aussi son apprentissage au Yi Jing (en résumé très bref, ce manuel chinois est une «carte du monde» qui tente de rendre compte à la fois de la nature, de ses changements, des humains et de leurs relations) lui a surement donné un angle d’approche pour composer ses nouveaux morceaux. L’ambiance profonde du disque entre poésie et notes psychédéliques embrumées, nous fait un peu penser aux tourments de Syd Barrett et Robert Wyatt. L’air nocturne de la campagne et l’odeur de la chlorophylle a transformé l’esprit de notre citadin plus habitué à la pollution du métro ou du boulevard périphérique. Ainsi ce passage « au vert » a été tout bénéfice, pour nous offrir un bel album certes nocturne, mais pas sombre.

Chronique de l’album The Keyboard Songs ici




prohibitedrecords.bandcamp.com/album/rhapsody-for-the-dead-butterflies
www.prohibitedrecords.com/fr/
www.facebook.com/Don-Ni%C3%B1o-349098338463905/

chronique publiée le 28/03/2019


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire