16/07/2019  |  5211 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/07/2019 à 16:47:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Are You A Dreamer

Death And Vanilla
Fire Records - 10 mai 2019

Si le duo suédois Death And Vanilla existe depuis 2009, c’est surtout en 2015, devenue trio, qu’on les a découverts avec leur troisième album To Where The Wild Things Are. Leur musique dream pop en technicolor, teinté de krautrock et d’easy listening nous as emballé de suite, surtout quand on est amateurs de groupes comme Stereolab, Broadcast, Cocteau Twins, Tamaryn et Saint Etienne, soit en commun une voix féminine aérienne et une musique psyché pop où sortent des petite bulles de savon. Après la publication d’un ciné concert pour Le Locataire de Roman Polanski, voici avec Are You, non pas Experienced, mais Are You A Dreamer, huit nouvelles perles pop aquatiques qui portent en effet au rêve et à la mélancolie. La voix de Marleen Nilsson est une fois de plus un délice à l’oreille. Elle nous avait manqué dans la BO du Locataire (The Tenant en VO). Quand à la musique, elle est composée en analogique, pour être au plus près du son authentique de studio, comme cela se passait dans les années 60-70 avec des ingénieurs du son comme Jean-Claude Vannier, Bernard Estardy, François de Roubaix et des artistes comme Christophe avec les indémodables Les Mots bleus et Les Paradis Perdus. Le son chez Death And Vanilla est très important. Le grain mélodique qui véhicule tout au long de l’album est lunaire et envoutant. Il y a une sérénité qui se promène ici, comme « le temps suspendu ». Ces trois artisans du son et de l’arrangement nous ont gâtés avec leurs nouvelles compos, qu’on vous recommande de cueillir (les quatre tournesols de la pochette) au plus vite pour apprécier le doux parfum qu’il contient.

Chronique de l’album The Tenant ici




deathandvanillamusic.bandcamp.com/album/are-you-a-dreamer
www.facebook.com/deathandvanilla/
www.firerecords.com/death-and-vanilla/

chronique publiée le 07/05/2019


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire