06/12/2019  |  5276 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 05/12/2019 à 10:23:34
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Diabolique

L’Épée
Because Music/A Recordings LTD - 06 septembre 2019

L’Épée est une belle histoire. L’actrice Emmanuelle Seigner fait la connaissance du duo The Limiñanas, suite à la découverte d’une de leur chanson dans la bande son de la série TV Gossip Girl. Grace à un journaliste des Inrocks, elle les rencontres pendant l’enregistrement de l’album Shadow People (album qui va les faire connaitre du large public français) jusqu’à chanter sur le morceau titre de l’album et de partir en tournée avec eux. Le disque est produit par Anton Newcombe leader du Brian Jonestown Massacre. De cette rencontre, un projet d’album solo pour Emmanuelle Seigner est prévu avec l’aide du duo de Perpignan avec quelques textes écrit par Bertrand Belin. Une fois les compos en boite, Lionel des Limiñanas, fait écouter les morceaux à Anton Newcombe. De suite il est sous le charme et décide de rajouter sa touche, jusqu’à donner l’idée de former cette collaboration sous l’identité de L’Épée. Ce mot colle bien au projet, car l’épée est une arme à double tranchant, « elle libère, comme elle découpe en morceau ». Cela fait un moment que l’américain Anton Newcombe, installé à Berlin où il a construit un studio analogique est fan de musique française, notamment de Serge Gainsbourg, Anna Karina et Françoise Hardy. Un son qu’on retrouve dans son album instrumental titré en français, Musique De Film Imaginé et un peu dans ses enregistrements avec Tess Parks, puis cette complicité avec Marie et le garçon Lionel des Limiñanas, qui font cette synthèse entre le son yéyé 60 de chez nous les gaulois avec le rock anglo-saxon, toute époque confondue.
Et, Emmanuelle Seigner dans cette aventure ? Elle qui avait prévue de faire un 3ème album solo. Et bien, elle est très satisfaite de la tournure du projet en format groupe de rock.
Petit rappel. Emmanuelle Seigner, est surtout connue en tant qu’actrice (comment oublier son rôle dans le sulfureux Lunes de Fiel réalisé par son mari Roman Polanski), mais elle a aussi sortie deux albums solo et elle a fait partie du groupe Ultra Orange (avec Suspense, le Iggy frenchy du regretté groupe Les Cherokees). A ce titre, le mélange actrice et rock attitude nous fait penser à Béatrice Dalle et Arielle Dombasle.

Ainsi on en arrive à l’album qui a pour titre Diabolique. Au mois de mai dernier, on a déjà eu un avant-goût avec le single Dreams, une pure sucrerie yéyé tendance Anna Karina, Brigitte Bardot, Zouzou, Annie Philippe et France Gall, mais avec des guitares à la Velvet Underground, Jesus & Mary Chain et le Brian Jonestown Massacre (normal). Un mix qui nous évoque un peu le duo berlinois Stereo Total. L’album contient 10 morceaux, avec des textes écrits en français et en anglais. La voix d’Emmanuelle Seigner est juste irrésistible, notamment son accent pop français quand elle chante en anglais. La production « vintage » donne la patine nécessaire à rendre le son juste à point, entre le rock noisy et ses guitares psyché orientaux et le yéyé sixties. C’est clair, ce groupe n’est pas un coup d’épée dans l’eau et possède bien les ingrédients d’un groupe solide qui a la lame bien fine.


L’Épée sera en concerts le 21 septembre 2019 à Angers au festival Levitation France, le 30 novembre à Clermont-Ferrand à La Coopérative de mai, le 11 décembre à Rouen au 106, le 14 décembre à Paris à La Cigale, le 15 décembre à Lille à l'Aéronef, le 17 décembre à Lyon/Feyzin à l'Épicerie Moderne, le 18 décembre à Toulouse au Bikini, le 19 décembre à Bordeaux à Rock School Barbey et le 20 décembre à Perpignan au Elmediator.


www.facebook.com/lepeemusic/
www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=n7RQEMkpH7w
www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=E4gnWA1WkJo

chronique publiée le 01/09/2019


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire