16/10/2019  |  5244 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 14/10/2019 à 17:26:14
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Kino Music

Pierre Daven-Keller
Kwaidan Records - 27 septembre 2019

Avant Pierre Daven-Keller, il y a Pierre Bondu. Dès l’enfance, il prend des cours de piano, puis de batterie et de guitare avec Perio. Musicien touche à tout, il accompagne en tournée Dominique A, rencontre Philippe Katerine et Miossec, travaille avec Françoiz Breut et l’icône Anna Karina, puis se tourne vers l’orchestration. Pour le reste de sa bio, on vous laisse allez sur sa page Wikipédia, plutôt bien détaillé. Ainsi après ses trois albums collection Réactions, on fait un saut dans le présent avec son nouveau long format sous le nom de Pierre Daven-Keller. Fan de BO de films, pour cet album il a décidé de rendre hommage aux sons devenues vintage des BO de films des années 60-70, composées par les maitres Ennio Morricone, Bruno Nicolai, Pierre Piccioni, Lalo Schifrin, Roy Budd, Michel Magne, Michel Legrand, François De Roubaix, Jean-Claude Vannier, Michel Colombier, Pierre Bachelet. Le titre de l’album donne la couleur, car Kino Music nous évoque les compilations de library Music de Tele Music, dont on trouve des perles de Bernard Estardy et l’esprit d’André Popp et Jean-Jacques Perrey. Comme Pierre Daven-Keller est un musicien chevronné, ces 14 morceaux ont l’élégance de nous faire « jazzer » dans le sens du poil, tant ses mélodies, certes « référenciés » c’écoutent comme le plaisir d’apprécier un verre de champagne ou autre celons les goûts de chacun. Chaque morceau est une évasion lounge d’une époque « c’était mieux avant », sans le tout numérique, le tout connecté, bref bien avant d’avoir envie d'exploser une trottinette électrique qui traine en plein milieux du trottoir. Pierre Daven-Keller est un homme stylé (voir la pochette de l’album). Pour l’accompagner sur certains titres, il a convié Helena Noguerra, Arielle Dombasle et Mareva Galanter de poser leurs voix. Digne d’Edda Dell’Orso, la chanteuse seventies des BO de Ennio Morricone, Helena, Arielle et Mareva ont relevés le défie en rendant les compos de Pierre, sensuels, groove et pop. Le résultat, arrangements et voix est ici au top du raffinement. Ainsi pas étonnant de trouver le talentueux guitariste Popincourt jouer sur le morceau Intermezzo Retro. Comme avec Fred Pallem et le Sacre du Tympan, Forever Pavot, Calibro 35, Stereobab et l’esprit du label Tricatel, l’album Kino Music est une bénédiction sonore à savourer jusqu’à l’ivresse. Comme le confirme le dandy Jean-Emmanuel Deluxe en parlant de son ami : « Il a beaucoup de talent ! ».


kwaidanrecords.bandcamp.com/album/kino-music
fr-fr.facebook.com/davenkeller/
www.youtube.com/watch?v=Zski7RAPEFw

chronique publiée le 28/09/2019


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire