27/01/2020  |  5296 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 27/01/2020 à 17:39:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Astoria

Jochen Tiberius Koch
Schole Records - 17 janvier 2020

Astoria est le 2ème album du compositeur allemand Jochen Tiberius Koch. L’Astoria est un hôtel qui a été construit en 1915 à Leipzig (ville allemande à 68 kms de Gera, ville où est né Jochen). Cet hôtel, devenue un des plus beaux bâtiments du pays, a survécu à des raids aériens pendant la guerre et à divers problèmes politiques. L’hôtel est aujourd’hui le sujet central de l’album de Jochen Tiberius Kosh. Comme Jochen habite à Leipzig, il a dut flâner, se poser de nombreuses dans ce lieu chargé d’histoire pour y puiser son inspiration. A noter que le milieu de l’hôtellerie ne lui est pas inconnu, car son métier de formation est chef cuisinier qu’il a exercé dans un restaurant. Jochen compose seul sa musique et les paroles. Mais pour cet album, il a voulu mettre son œuvre en cinémascope, il est accompagné du Schmalkalden Philharmonic Orchestra et au chant (en allemand et en anglais), il y a Minna & Fraulein Laura. Jochen compose une musique pastorale, non loin de la musique classique, mais avec une touche d’électronique, qui nous évoque Sigur Rós, This Mortail Coil (une pensé à Vaughan Oliver qui vient de nous quitter) et Laibach. Dans sa musique, l’atmosphère et l’ambiance est très importante. Il y a ici beaucoup de profondeur dans la clarté des sons. On a l’impression de voir les images d’un film surréaliste défiler devant nos yeux, tant ses instruments ont la parole. Les notes qui s’envolent au contact de la main de l’artiste sur les touches du piano ou au contact des cordes résonnent comme si l’on était dans une église gothique. Cet album a l’ambiance hivernal scintille divinement bien à l’oreille, tentez l’expérience !


jochentiberiuskoch.bandcamp.com/
www.youtube.com/watch?v=_ys8GtBNM0Y&feature=youtu.be
schole-inc.com/product/jochentiberiuskoch-astoria/

chronique publiée le 05/01/2020


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire