26/02/2020  |  5315 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 26/02/2020 à 12:16:24
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Brute Art

InRed
Autoproduction - 07 février 2020

En décembre 2018 on vous présentait ici Just About Anything Is Possible, le premier album du groupe parisien InRed, mené par le chanteur multi instrumentiste anglais Pat Griffiths (ex 23 Skidoo, Baroque Bordello, Angelfish Decay). Voici la suite avec Brute Art. Pour illustrer ce titre qui raconte la rencontre entre Pat Griffiths avec Malcom McLaren lors d’une initiative pour faire de la sérigraphie, en plus du morceau titre, l’album cd est glissé dans une belle pochette transparente accompagné d’un poster en sérigraphie avec une illustration esprit école Le Bauhaus (1). InRed compose une musique post punk arty teinté de glam et de pop, quelque part entre Magazine, Wire, Television, David Bowie et The Velvet Underground. La voix de Pat Griffiths donne une singularité aux 9 compos de l’album, mais il n’est pas seul à bord, InRed est bien un groupe composé de cinq musiciens accomplis. Si le son post punk domine, InRed a un savoir-faire indéniable pour créer une ambiance différente pour chaque morceau en nous faisant zigzaguer entre les années 70 et 80 avec facilité et classe. Si dans le titre du LP il y a le mot « Brute », il est clair que le son, certes parfois direct est très soigné et arty, mais oui, ici le mot « Art » a sa place, pour les mélodies et riffs à tiroirs qui nous font entendre de belles choses. Bref, un bel album de post punk cuvé vin20vin20 !

(1) Petit aparté, à noter que le groupe de rock Bauhaus passe en concert le 6 avril 2020 au Grand Rex (où il n’y a que des places assises) pour une modique somme qui va de 62 à 166 euros ! L’esprit indé 4AD remonte à loin…

InRed seront en concert le 6 mars 2020 à La Pointe Lafayette à Paris

Chronique de l’album Just About Anything Is Possible ici




inred-music.bandcamp.com/
inred-music.com/
www.facebook.com/Inred/

chronique publiée le 08/02/2020


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire