17/06/2019  |  5204 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 12/06/2019 à 15:01:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Coeur de boeuf dans un corps de nouille

Ignatus
Ignatub / Atmosphériques - 27 avril 2004

Sur son troisième album solo à la fois singulier, drôle, inquiétant et absurde, l’ex chanteur des Objets, Ignatus, se lance dans une courageuse profession de foi au cours du morceau La prestance. « Si pour gagner ma vie, je dois plaire aux ados et faire des clips débiles, vous l’aurez tous compris, de face et même de dos, je n’ai pas le profil. Je ne voudrais pas jouer les vierges effarouchées mais je n’ai pas l’intention de n’être qu’un pion même si ma seule ambition est d’écrire des chansons ». Et oui, cela paraît tout con mais il y a en France des gens qui continuent à penser qu’écrire une bonne chanson est plus important que de bénéficier d’un clip clinquant pour éructer des inepties avec un air rebelle. Comme le fait par exemple le nullissime groupe Arkol qui répète à l’infini « on a vingt ans » entre deux séries d’évidences et autres poses pseudo rock promptes à déclencher l’acte d’achat chez les 15/18 ans…
Ignatus ne fait définitivement pas le même métier ! Loin du racolage ambiant, le songwriter bénéficiant d’un Cœur de bœuf dans un corps de nouille s’applique à écrire des textes acides, originaux et truffés d’un humour distancié assez hilarant tout en brocardant le capitalisme triomphant et le comportement de ses contemporains. Bien sûr, l’amour et les femmes font aussi partie des sujets de dissertation… mais toujours avec un décalage réconfortant. Pour les musiques, le même esprit a prévalu ; Ignatus a convoqué pour lui apporter un peu d’aide tous les musiciens qui comptent (ou presque) dans la musique indépendante française en chanson, pop et électro… Matthieu Ballet, M. Neveu, Benoît Rault (Ben’s Symphonic Orchestra), Joseph Racaille, Albin de la Simone, Christophe Monier (The Micronauts), pour ne citer que les plus connus, font preuve de leur savoir-faire habituel pour donner aux morceaux des atours parfois désuets, souvent aventureux, mais toujours surprenants. Dans la bio, sous la mine réjouie d’Ignatus, figure une phrase qui mérite d’être citée : « L'accès à cet album a été exclusivement réservé à des gens bien ». Pourquoi vous en priver ?


www.ignatub.com

chronique publiée le 04/06/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire