15/06/2019  |  5204 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 12/06/2019 à 15:01:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Jérôme Attal Live

Jérôme Attal
Kulturart / Nocturne - 25 juin 2004

Jérôme Attal, un chanteur un peu vite estampillé rive gauche - à son grand désarroi, il habite rive droite -, continue à publier contre les vents et les marées du marketing musical des disques ou sa voix de poète maudit, ses textes en forme de journal intime et ses musiques classieuses (electro pop ou chanson pop) font merveille… Cette fois-ci, le nouvel album est un enregistrement live d’une prestation au House of live en novembre 2003, devant un public… lointain. Entouré par un groupe de scène capable de s’adapter aux différentes ambiances des morceaux, Jérôme Attal dit ses mots empreints de vague à l'âme (mais parsemés d’humour pince-sans-rire) entre deux citations de Jacques Lacan, Jean Cocteau ou Vincent Van Gogh, le tout sur des musiques évoquant le Serge Gainsbourg pop, les lignes de basse de The Cure, les sonorités désuètes de la New Wave et les claviers vintage utilisés par Air. L’ensemble se révèle rapidement addictif et envoûtant, poussant l’auditeur à écouter en boucle ce live dans l’unique but de prolonger un sentiment diffus de mélancolie, finalement assez réconfortant. On ne sait pas si « la tristesse durera toujours », comme l’a déclaré Van Gogh avant de mourir ; la réponse flotte sans doute dans le vent et La théorie des nuages, le très prometteur titre inédit qui clôt cet album. Mais une chose est sûre : la mélodie et les paroles du Jeune homme changé en arbre - introduits par cette phrase désespérée du peintre torturé - resteront longtemps en mémoire… comme les autres chapitres des aventures musicales de Jérôme Attal.


www.jerome-attal.com
www.Kulturart.com

chronique publiée le 08/06/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire