18/08/2019  |  5222 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/08/2019 à 16:02:00
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Armed Love

The (International) Noise Conspiracy
Burning Heart - 2004

Sur leur précédent album publié en 2001, les activistes soniques de The (International) Noise Conspiracy appelaient de leurs vœux une nouvelle ère, « le capitalisme leur ayant (sauvagement) volé leur virginité ». Trois ans plus tard, ce n’est un secret pour personne, l’état des lieux est loin d’être reluisant sur Terre... et nos amis communistes suédois sont allés enregistrer à Hollywood avec le producteur des Beastie Boys et de Johnny Cash, Rick Rubin. Cela fait-il de The (International) Noise Conspiracy un groupe de vendus uniquement anti capitaliste par pose ? Et bien non, puisque les quatre garçons énervés sont une fois encore revendicatifs dans leurs textes, produisent une musique toujours aussi enflammée, tout en restant sur leur label Burning Heart, contrairement à leurs compatriotes The Hives partis collaborer avec le « grand capital ». The (International) Noise Conspiracy a par contre un point commun qui restera toujours avec les auteurs du génial tube Hate to say I told you so : quand on les a vus une fois sur scène, on ne peut pas l’oublier. Leur dernier passage à la Coopérative de Mai en 2001 laisse en effet un souvenir impérissable : ce furieux combo possède un feu intérieur qui consume littéralement les audiences.
Et comme tous les bons groupes, cela se retrouve également sur les disques, Armed love en est la preuve. Les dix titres qui composent ce nouvel effort studio se révèlent en effet être autant de bombes suintant le garage rock et la pop sixties. Malgré l’absence de la charmante organiste Sara, cet élément prépondérant du son T. (I.) N. C. - au même titre que le furibard triptyque guitare/basse/batterie - est bel et bien présent puisque c’est le mythique Billy Preston qui est venu participer à la fête en studio - ce Monsieur a quand même joué avec les Beatles et les Rolling Stones !
A la fois rageuse et mélodique, habilement sucrée tout en restant épicée (voire très salée) la musique de T. (I.) N. C. laisse plus que jamais dans le palais un goût très long en bouche et addictif. Certes le son est un peu moins cradingue - il faut bien vendre un peu ! -, mais avec ces morceaux fiévreux et fulgurants aux propriétés énergisantes gravement contagieuses, l’auditeur aura fort à faire pour ne pas vociférer debout sur la table, le poing levé. Avant de finir à genoux… à la fin du disque.
La révolution, la fin des guerres provoquées par des intérêts économiques et le pouvoir au peuple, ce n’est sans doute pas encore pour demain, malheureusement. Mais les concerts de The (International) Noise Conspiracy, c’est pour après demain ! C’est déjà ça…

auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com

Autre chronique :

Toujours le même problème avec The (International) Noise Conspiracy.
Difficile d’adhérer à un nouvel album, sans voir les nouveaux morceaux, transpirés en live (et scéniquement transcendés).
La première écoute d’Armed love laisse pantois : Rick Rubin, monstrueux gourou archange du gros son des années 90, qui a lui même demandé à The (I)NC de les produire, aurait accouché de « cette minuscule souris pop n’soul commerciale » !!
S’ajoute au réquisitoire un argument de taille que le groupe aura du mal à cacher : ses objectifs de conquête du marché US (synonyme de concessions en tous genres).
Deux énormes tournées Américaines ont en effet déjà été organisées par les Suédois depuis le début de l’année (d’ailleurs gare au vol de parts de marché par leurs confrères des Hives).
Malgré ces a priori résolument négatifs, on revient peu à peu à cet Armed love.
Difficile de se convaincre complètement qu’il est mauvais de bout en bout.
Finalement, un titre se détache, The way I feel about you, puis un autre, Black mask.
On se souvient alors que le précédent opus A new morning (changing weather) était également très (trop) posé au premier abord.
3 ans après, c’est un disque essentiel.


alt.digitalfarmers.com/tinc/
www.burningheart.com/

chronique publiée le 29/07/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire