19/07/2019  |  5211 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/07/2019 à 22:02:07
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Festival Musiques Volantes - samedi 13 novembre

2004

Xiu Xiu, Berg Sans Nipple

Paris, Point Ephémère (France)
Musiques en apesanteur avec un drôle de bric à brac. Le festival Musiques Volantes faisait escale, samedi, au Point Ephémère. Soirée plus étirée que prévue, défection du groupe Cyann et Ben pour cause de chanteuse malade, les concerts commencèrent vers 21h30. Nous eûmes donc le temps de nous mettre en condition pour pleinement profiter de concerts barrés, outillés, avec un petit côté singe savant.

Berg Sans Nipple, le duo de batteur franco-américain, joua plus d’une heure. Avec un Shane Aspegren alias Sans Nipple survolté, jonglant avec sa vieille batterie, son mellotron ou ses branchements avec une aisance déconcertante et une joie non dissimulée. De son côté, Jérôme Lorichon alias Lori Sean Berg était plus sage, entre piano électrique Wurlitzer, mélodica, percussions et instruments à vent. Leur pop ludique du futur s’apparente à une sorte de jazz atmosphérique perverti par de délicats arrangements d’electronica. L’interprétation des plages de l’album Form of… y gagnaient en puissance rythmique, en élégance et en émotion dansante avec Flapping, A Free…, A New Soul ou We Try To Resist But We Are Full Of Merde. Connaissant par cœur ces déjà vieilles compositions, je pris un immense plaisir aux titres du maxi Play The Immutable Truth sorti en 2003 chez Acuarela, trouvé à Bimbo Tower, avec un quatuor inégalé en électronica savante et inspirée : An Eternity in Purgatory, Hark, The Poonie Angel Sings !, Swordfishting et un Memory Hole émouvant, maîtrisé avec des pincettes et indépassable. Le duo joua aussi deux trois nouveau morceaux qui donnèrent très envie d’en savoir plus sur leur brillante continuation. Un concert plus que réjouissant qui vit votre serviteur se déchaîner corps et âme.


Xiu Xiu

Le duo américain Xiu Xiu fût une excellente découverte dans la catégorie électro-punk expérimental. James Stewart, déchaîné et suant plus qu’un bœuf de corrida avant mise à mort, accompagné de sa copine, inventait devant nous un futur enviable, au croisement de Suicide et de l’école Warp. Le bien nommé Fabulous Muscles, dernier exploit en date chez Acuarela de ces terroristes bruitistes, témoigne de leur énergie et inventivité peu commune. Mais le live leur rend encore plus justice. Imaginez des cymbales et des triangles suspendus, brutalement maltraités, un pianoccordéon cabaret années 30 avec une foultitude d’objets en supplément, une planche avec des sonnettes de vélo (ou de porte), des synthés et une guitare électrique, et vous aurez une idée du vacarme mélodique. La voix de James passe du murmure au hurlement à la Alan Vega, sans transition, les boucles de synthés sont enveloppantes, la psychose prégnante et les riffs de guitare, lointains. Totale adhésion pour Xiu Xiu !


www.xiuxiu.org
mapage.noos.fr/kathiesean/
www.musiques-volantes.org

auteur : Stanislas de Guillebon - stan@foutraque.com
chronique publiée le 18/11/2004

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire