22/08/2019  |  5227 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 22/08/2019 à 13:53:53
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Printemps de Bourges - samedi 29 avril

2006

The Lost Communists

Bourges (France)

du : 26 avril
au : 1er mai



Une étrange secte musicale armée jusqu’aux dents de morceaux détonnants comme des cocktails Molotov !

Voilà un authentique groupe de passionnés de rhythm n’ blues garage n’ soul qui donnerait presque envie de partir illico presto à la recherche des communistes perdus (Georges Marchais, Henri Krasuki, Robert Hue etc) voire même, suprême audace, de voter pour Marie-Georges Buffet. Habillés en costumes de défilé de l’armée rouge, les Limougeauds (ils sont de Limoges, ça dérange quelqu’un ?) de The Lost Communists ont fière allure, mais ils n’en oublient pas pour autant d’assurer sur scène en chantant un morceau anti-guerre - Dead for nothing -, entre autres titres remuants. On s’en doute, pas de Kalashnikov ici, mais cette étrange secte musicale est armée jusqu’aux dents de morceaux détonnants comme des cocktails Molotov ! Dans lesquels ils utilisent des armes qui leur sont propres : guitare, basse, batterie, orgue Farfisa, micro. Sorte de Dirtbombs français, ce groupe virevoltant s’applique à prêcher la bonne parole R & B, soul, garage et rock. Le chanteur, noir et doté d’une voix gorgée d’âme, officie derrière un pupitre de prêcheur, et l’on jurerait qu’il se prend pour le fils légitime du révérend Al Green. Ses camarades font feu de tout bois, pour édifier des barricades anti morosité, mollesse et immobilisme. Et fort logiquement, dès les premières notes décochées par le groupe, une violente envie de se déhancher voit le jour. Qui ne s’arrêtera qu’après la sortie des artistes.



Pour la compagnie, Gaaaaaaaaaaaarde à vous !!!!!!!!!!

Entre temps, le public - très réceptif au brûlant mélange servi par la troupe -, avait pu apprécier la qualité des morceaux composés démocratiquement, cela va de soi… Et après tout, peu importe, à partir du moment où la musique proposé à des vertus communicatives. Ce qui est tout à fait le cas ici : les allées et venues du chanteur sur la scène, ses cris rocailleux, les rythmiques guitare/basse/batterie super groovy et le festival d’orgue Farfisa déluré sont autant d’invitations à faire une bringue de tous les diables. Sur scène et dans la salle, tout le monde est à fond, quasiment au garde à vous à chaque fin de morceau, pour montrer son approbation franche et entière. Rapidement en nage, le groupe commence à enlever ses vestes militaires ; l’énergie déployée sur scène ne permet en effet pas de les garder trop longtemps.



Et puis tout le monde s’énerve de plus en plus, à mesure que l’on se rapproche des fatidiques 30 minutes de concert ; l’organiste semble s’électrocuter dès qu’il frôle son instrument : il est pris de convulsions incontrôlables qui lui permettent de faire voler au vent sa chevelure de hard rocker ayant bien tourné. Après un morceau instrumental de fort bon aloi et deux ou trois facéties du général en chef/chanteur, le lider maximo du prometteur combo fait le salut militaire et regagne son campement de base, les loges. Ses hommes font encore un peu de bruit - une sorte de baroud d’honneur, quoi - et la cohorte obéit à la règle des Découvertes du Printemps de Bourges : « une demi heure tu joueras et après la place aux autres tu laisseras ». Beaucoup moins chiante qu’un congrès extraordinaire du parti communiste, la prestation des Lost Communists risque néanmoins d’avoir de graves conséquences pour certains : l’envoi au goulag médiatique pour bon nombre de groupuscules inoffensifs, ne supportant pas la comparaison avec ces communistes pas perdus pour tout le monde. Rompez !



A lire également sur les Printemps de Bourges 2006 et 2005 : les chroniques des concerts de The Elderberries, Yann Tiersen + Calexico + Iron and Wine, The Dresden Dolls + Queen Adreena + 54 Nude Honeys, Art Brut + Buzzcocks + The Spinto Band, The Flaming Lips + Emilie Simon + CocoRosie + Architecture In Helsinki, Dionysos + dEUS + Artic Monkeys + Katerine + Hushpuppies, Tokyo/Overtones, The Kills, Soldout, The Craftmen Club, The BellRays + Nashville Pussy + The Ex, The National + Herman Düne, Interpol + Bloc Party + Gomm, Low + Ray Lamontagne, Nancy Sinatra + Alexandra Roos et Marianne Faithfull + Françoiz Breut...

Sites Internet : www.thelostcommunists.com, www.printemps-bourges.com.

Photo Flore-Anne Roth (1 et 4), Frédéric Loridant (2 et 3)


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 10/05/2006

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire