22/08/2019  |  5227 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 22/08/2019 à 13:53:53
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Super Bock Super Rock XL - vendredi 26 mai

2006

Alice In Chains, Deftones, Placebo...

Lisbonne (Portugal)
« O melhor festival de rock ».
D’emblée, le spectateur est prévenu, il aurait affaire à la crème des festivals. La 12ème édition de cette manifestation, pionnière en terme de grand raout annuel au Portugal, gagne en ampleur : elle se déroule cette fois-ci en deux actes, avec pléthore de têtes d’affiche et des soirées thématiques (métal, rock, pop et hip-hop). Situé au nord-est de Lisbonne, non du loin du Pavilhão Atlântico (Bercy local amélioré en forme de soucoupe volante, où s’est produit, par exemple, R.E.M. en 2005), dans un parc jouxtant l’immense fleuve Tage - on se croirait au bord de l’océan - le Super Bock Super Rock XL a attiré la foule des grands jours.
Plus de 30 000 fans de rock légèrement métallisé s’étaient en effet déplacés, sous une canicule visiblement rare pour l’époque (33°C à l’ombre). Le gothique assumera parfaitement sa lourde cape noire, tandis que le chevelu agitera sa tignasse, non seulement au rythme du son, mais aussi certainement pour se faire un peu d’air. Dans la plus grande dignité !

Alice In Chains allait mettre tout le monde en symbiose, dès les premiers accords de Rain when I die.
Des milliers de voix (avec une proportion de 40% de chœurs féminins) s’élevaient dans l’air reprenant les vocalises du remplaçant de feu Layne Staley, William DuVall (ex-mentor de Comes With The Fall). Ce dernier, complétant de manière audacieuse et pertinente le line-up de la reformation totalement inattendue, mais vivement espérée d’Alice In Chains.
Les membres historiques, avec un Jerry Cantrell longuement acclamé, débutaient ainsi leur tournée européenne sous les meilleurs auspices, parcourant les albums Facelift, Dirt et le dernier disque studio publié en 1995, Alice In Chains. Visiblement touchés par une banderole spécialement conçue pour l’occasion, intitulée « Alice In Chains Born Again », les musiciens la brandiront à leur tour, en saluant une foule devenue hystérique.

Sur un second plateau, juxtaposant la scène principale, de petits groupes locaux pouvaient tenter leur chance, pour quelques instants - afin que les stars du soir s'installent tranquillement avant leur prestation - If Lucy Fell distille un hardcore straight edge à la Fugazi rapidement éprouvant, en revanche X-Wife synthétise parfaitement la collision entre Franz Ferdinand et P.I.L. Daigneront-ils franchir les frontières ?

L’ardeur allait rapidement retomber, avec l’apparition des Deftones, Chino Moreno est de plus en plus empâté, et le coeur ne semble plus y être. A le voir à la peine, durant tout le set, on peut imaginer qu’il aurait préférer déambuler dans les rues du Bairro Alto ou de l’Alfama (quartiers typiques de Lisbonne).
La voix est toujours singulière évidemment et les riffs ravageurs, tout autant, mais l’alchimie ne fonctionne plus. Dai Cheng et Carpenter s’agitent dans le petit carré de surface qui leur est réservé, mais tout ceci sent le formol.
Aperçu l’an dernier, avec son projet parallèle trip-hop Team Sleep, au sein duquel il semblait rayonner, Moreno n’est plus que l’ombre de lui-même. Comme quoi, continuer à jouer du métal alternatif après 30 ans, c’est plutôt pathétique !

Placebo, désormais quintet, avec un second guitariste et un organiste qui apparaissent légèrement à la lumière des spots, faisait son apparition, sous les ovations.
Le passable album Meds sous le bras, Brian Molko allait déverser 10 ans de tubes glam-pop-électro-rock.
Placebo étant des stars considérables au Portugal, l'ex androgyne Molko se fendait d’innombrables "obrigados" (NdA : mercis). Mais la passion (décidément !) ne semblait pas avoir été invitée à la soirée.
Peut-être était ce dû à la chaleur encore considérable, à la tombée de la nuit ou aux odeurs de cerveja, de pasteis de nata ou encore de caldo verde, voire des embruns maritimes à proximité.
Et Tool enflamma l’assemblée avec un son lourd et psychédélique.
Les "Radiohead du métal" ne déçoivent jamais, ils le prouveront du début à la fin de leur prestation.
Les témoins de leur spectacle (légèrement Barnum) en convenaient.

Super Bock Super Rock XL, le meilleur festival ?
Il devrait assurément figurer dans la liste des incontournables eu Europe.


www.superbock.pt
www.musicanocoracao.pt

auteur : Samuel Charon -
chronique publiée le 02/06/2006

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire