15/11/2019  |  5265 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 14/11/2019 à 18:11:01
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
FIB 2006 - jeudi 20 juillet

2006

Scissor Sisters, Tom Verlaine, The Sunday Drivers, Howe Gelb et Sno Angels....

Benicàssim (Costa Azahar) (Espagne)

du : 20 juillet
au : 23 juillet
Yes ! Nous voici donc enfin réunis sur le site du Festival International de Benicàssim, alias FIB… Ce mercredi soir je suis en nage, dernier arrivé de notre petit groupe ; je viens de passer une journée infernale afin de retrouver mes collègues : en effet j’ai eu la naïveté de croire que Barcelone-Benicàssim se ferait les doigts dans le nez, par le train ; que nenni ! Trains archi complets, je dois prendre un bus : lequel ? Mauvais choix vers Valence … Je l’apprends dans un cyber-shop … Trop tard pour changer mon billet, l’autre bus est lui aussi complet … Valence, enfin ! Je prends un taxi pour l’aéroport , logique puisqu’il y a là-bas une navette bus vers Benicassim … Encore une heure de speed accroché au timing : le stand délivrant les accréditations presse ferme à 22h, arrivée en sprint sous la chaleur encore éprouvante vers 21h50. Je cours, contacte Sylvain, vite le stand va fermer … Zut il ferme. Démuni de cette satanée carte de presse, cette première soirée aurait pu me priver du camping 3 étoiles réservé aux journalistes, fort heureusement l’accueil est compréhensif, et je peux profiter d’une bonne nuit préliminaire d’un festival vécu sous les chapeaux de roues, une chaleur exténuante, mais pour voir fort heureusement des concerts réjouissants. Nous sommes donc réunis Sylvain -alias Brian Flysave-, Olivier et Willy pour goûter avant toute chose la joie d’un camping en pleine canicule estivale, et au Gin Fizz incontournable de Willy, pour éviter la déshydratation. Bref je ne sais pas si vous avez envie de suivre nos tribulations personnelles, voici plutôt quelques chroniques des concerts qui nous ont marqué tout au long de ces quatre soirées, intenses du FIB 2006. J’ajouterai juste un petit regret personnel de n’avoir pas pu physiquement tenir assez tard pour voir le gros de la programmation électronique (Nathan Fake 6h35, Ivan Smagghe, Dj Hell à 5h50 ) … Mais il fallait faire un choix !

Tom Verlaine - Escenario Verde :
Tom Verlaine est LA voix de Television. Duo de guitares assez mou avec longs solos, mais néanmoins grâce du jeu de Tom Verlaine, qui est aujourd’hui un homme fatigué, loin de la fougue de Television. La grande scène paraît inappropriée à ce récital intimiste, finalement suivi en dilettante.

The Sunday Drivers - Escenario Verde : 
Pop mélodique sixties accompagnée d’une orchestration de cordes. Musique très agréable d’écoute, le public espagnol suit avec enthousiasme. Bémol à rajouter sur quelques slows un peu sirupeux.

Howe Gelb et Sno Angels - Escenario Verde : 
Howe Gelb est un grand type à la barbichette, ex-chanteur guitariste de Giant Sand, son groupe en connexion avec OP8 et Calexico; il présente sa nouvelle collaboration avec Sno Angels, chorale réunissant en majorité des chanteuses dans une tradition Gospel noire américaine. Ce sont les premiers grands frissons de ce festival, fruits de la rencontre entre l’univers dénudé d’Howe Gelb, écriture plongée dans la folk, et celui des Sno Angels, trempé dans les origines R’n’B du Rock. Cette musique mixte, nostalgique des pionniers du rock, semble enchaîner classiques sur classiques, sans que je puisse distinguer les possibles reprises de standards des compositions originales, ce qui donne au répertoire un charme rétro ancré dans le delta du Mississipi. A cela rajouter un chant parler-chanter de cette voix aigre douce d’Howe Gelb - m’évoquant Kat Onoma – et voilà un grand moment d’émotions. Le public apprécie, et acclame ce concert à la sensibilité proche de Lambchop. Les chœurs, avec un son Gospel et une rythmique énergique, éclairent d’une intensité particulière la musique de HG en habillant son ascétisme, le chanteur jouant tantôt seul ( guitare, piano ), tantôt accompagné de quelques musiciens remarquables de sobriété ( guitare, basse, batterie, banjo …). Bref, en toute subjectivité, ce fût le plus beau concert de la soirée d’ouverture, tourné vers les racines.

Scissor Sisters - Escenario Verde :
Il faut attendre que la nuit soit bien entamée pour voir le clou de la soirée, les sulfureux Scissor Sisters, nom imagé donné à une position lesbienne – les sœurs ciseaux . Musique excessive et baroque, musique hédoniste et sans complexes mêlant (glam) rock, variété seventies, disco, elle suinte de sensualité, conçue dans le seul but de faire remuer et suer le public. La chanteuse et le chanteur ont des braises sous les pieds, et même ailleurs : allusions très grivoises – la pulpeuse chanteuse, ambitieuse, veut mettre tout le public dans sa bouche … dit-elle juste avant d’avaler littéralement son micro –. Bien sur la foule latine est très caliente et réagit aux tubes dansants du premier album. Par rapport à un de ses premiers concerts, celui mémorable du festival Primavera Sound de Barcelone en 2004, il se peut que le groupe ait perdu un peu sa facette sauvageon punk, parmi ses multiples influences … mais ce moment au « FIBStart » est loin d’être une déception, c’est un plaisir de revoir la troupe déjantée, plaisir des oreilles et plaisir des yeux : pour ce groupe spectaculaire, la représentation chorégraphique et vestimentaire, avec toutes les extravagances possibles, joue un rôle (presque) aussi impressionnant que la musique.

Mathieu B, Brian Flysave, et merci à Olivier et Willy pour leurs contributions aux chroniques et photos.


www.fiberfib.com

auteur : Mathieu B. - mathieu.beraud@foutraque.com
chronique publiée le 03/09/2006

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire