19/08/2018  |  5033 chroniques, 165 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 09/08/2018 à 11:02:10
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Printemps de Bourges - 16 avril

2008

The Kooks, The Do

Bourges (France)

du : 15
au : 20 avril
Deuxième journée sous le soleil au Printemps de Bourges, avec au programme un concert au Phénix (sorte de zénith provisoire mal sonorisé) avec Deportivo, The Do (qui remplacent Babyshambles, Pete Doherty étant en prison... ), The Kooks et BB Brunes. Ne goûtant guère la soupe soit-disant rock de Deportivo et le revival yéyé risible des BB Brunes, c'est le milieu de l'affiche qui nous intéressera aujourd'hui...

The Do :

Cela faisait une année que nous boycottions le Phénix (pour cause de programmation peu intéressante) et dès les premières notes de The Do, l'on se souvient qu'il y avait une autre bonne raison à cette décision : un son proprement infect, le genre de truc à te dégoûter de tout concert dans un zénith, et ce pour longtemps. Aperçu dans de très bonnes conditions - sur une scène plus petite, avec un son digne de ce nom - aux Transmusicales de Rennes, le groupe français qui cartonne en ce moment a fait ce qu'il a pu avec les circonstances du jour : ça résonne ignoblement, on se croirait dans une halle aux bestiaux... Dans ces conditions, difficile d'apprécier à leur juste valeur les chansons délicates et classe de The Do. Malgré tout, la voix superbe de la chanteuse et la qualité des morceaux arrivent à faire passer un bon moment ; mais on est loin du concert enthousiasmant de Rennes. Grâce à ses qualités scèniques, à ses tubes (On my shouders, At last etc) et à sa reprise du Crazy de Gnarls Barkley (refrain repris en choeur par la très jeune chorale de la fosse... ), The Do a presque réussi à faire oublier aux kids la défection des Babyshambles.

The Kooks :

Le public - très jeune et très nombreux - est de toutes façons là pour faire un triomphe aux BB Brunes et aux Kooks, qui sont quand même d'un autre niveau que nos nouvelles stars hexagonales (rires). Dès les premières notes du concert de jeunes Anglais de The Kooks, on revit les scènes d'hystérie collective qu'avaient connues les Beatles en leur temps : fosse en ébullition (tout le monde saute à pieds joints), cris surraigus, aplaudissements interminables, c'est un plébiscite pour la musique tubesque des Kooks ! Sorte de croisement pop/folk/rock entre The Libertines, Bob Dylan, Arctic Monkeys, Supergrass, David Bowie et - ouch ! - Police, la musique du groupe de Luke Pritchard est directe, fraiche, facile d'accès et ultra entrainante. Même si l'on n'est pas une jeune fille toute émoustillée par Luuuuuuuuuke, il faut reconnaitre le côté percutant du show ; les tubes s'enchainent, le son est meilleur que pour The Do et le combo sait varier les plaisirs en alternant rock hystériques et pop songs folk. Certes, le chanteur en fait parfois un peu trop pour impressionner les donzelles (cf ses maniérismes excessifs sur Always where I want to be) mais il faut reconnaitre à ce gamin doué un charisme incroyable et un aplomb impressionnant : il emmène la troupe de main de maître, bien aidé par un guitariste lead en forme, un batteur "lapin Duracell" et un bassiste impeccable. Deux ans seulement après sa première tournée, jouer seul avec sa guitare devant 5000 personnes pour le rappel ne lui fait pas peur non plus ; décidément ce Mr Pritchard assure comme un grand !

Direction la sortie juste après, revoir les BB Brunes deux mois après leur "superbe" prestation à la Coopérative de Mai constituerait un acte de pur masochisme... L'acteur Luis Rego, présent sur le festival, devrait faire son mea culpa public et présenter ses excuses pour avoir offert sa première guitare au jeune Adrien, futur leader des BB Brunes... Sans cet acte aussi irresponsable que criminel, on aurait pu éviter des drames auditifs comme Diiiiiiiiis moooooi. Dommage !

Photo The Do © François Mellet

Le site internet du Printemps de Bourges : www.printemps-bourges.com.


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 17/04/2008

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire