19/08/2019  |  5224 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 18/08/2019 à 16:59:18
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Les Transmusicales de Rennes, vendredi 4 décembre

2009

Fever Ray

Rennes (France)

du : 2
au : 5 décembre
Concert hyper prenant et ultra marquant pour le groupe Fever Ray au Parc des Expos de Rennes à l'occasion des 31èmes Transmusicales... Projet solo de la très troublante et torturée chanteuse de The Knife, la suédoise Karin Dreijer Andersson, Fever Ray délivre dans ses étranges chansons de captivantes ambiances, entre électro pop sur le fil du rasoir, world music gothique et rock électronique suicidaire...

Sur scène, dans l'immense Hall 9 du Parc des Expos, l'effet sur le (nombreux) public est incroyablement puissant ; présentées dans le noir quasi complet, avec des musiciens en costumes tribaux se découpant en ombres chinoises dans des bribes de lumière sombre, sur une scène seulement éclairée par intermittence par des abat-jour clignotants comme dans une maison hantée et sous un light show laser sacrément impressionnant, les morceaux stellaires de Fever Ray plongent dans les affres de la dépression psychédélique planante. Oui, rien que ça ! La superbe voix de Karin Dreijer Andersson, qui évoque parfois une sorte de croisement - très réussi ! - entre Björk, Nico, Kate Bush et Marianne Faithfull, habite des compositions donnant l'impression d'être un magma de synthétiseurs aussi glaçants que brulants, parfois lacéré de nappes de guitares vénéneuses et grinçantes. Les instruments de musique, à peine discernables, semblent être trafiqués par des anges déchus en forme de monstrueuses créatures à ne pas fermer l'œil de la nuit. Brrrr... ça fait peur ! La grand messe noire proposée sur la grande scène des Transmusicales réussit donc sans aucun problème à plonger le public dans des atmosphères joliment malsaines, sexuellement déviantes et jouissivement mortifères... Ah qu'il est bon de se vautrer l'espace de quelques minutes dans un infernal maelström musical permettant d'entrevoir l'arrivée de la grande faucheuse ou une vie de vampire comme une sorte de paradis ! Fever Ray où comment danser en pleurant sur de l'électro pop lancinante et délétère dans un cimetière, juste avant de rejoindre son cercueil pour la journée...

La prestation très travaillée et admirablement mise en scène du groupe suédois - le rite vaudou avec un totem agité de manière menaçante de chaque côté de la chanteuse est particulièrement surprenant - réussit l'exploit de maintenir l'attention pendant une heure, de déclencher des tonnerres d'applaudissements (sans que le public ne voit les musiciens à aucun moment, ou presque... ) et de provoquer des hallucinations assez rares ; le ciel maléfique recréé par les lasers nous a à titre d'exemple évoqué un orage atomique suivi d'un calme plat inquiétant avant de se transformer en mer aérienne donnant le tournis. C'est donc la tête dans les étoiles (noires) et plongé dans un bien être amniotique, tout en profitant de l'ivresse des profondeurs qu'on se délecte de la totalité du set de Fever Ray. Un concert dont il est toujours difficile de se défaire de longues heures après... Un expérience scénique à vivre pleinement !

Sites internet : www.lestrans.com, www.myspace.com/feverray, http://feverray.com.


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 17/12/2009

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire